Le nouveau chef du Conseil présidentiel libyen, Mohamad Younes al-Menfi, effectuait vendredi une visite à Tobrouk, dans le cadre de son premier déplacement dans l’est de la Libye, après s’être rendu la veille à Benghazi, réaffirmant sa volonté d’»unifier» toutes les institutions de l’Etat. S’exprimant devant des notables et dignitaires de la ville de Tobrouk, Younes al-Menfi, a déclaré que «la réconciliation nationale, et l’unification de l’institution militaire dans le cadre des discussions du Comité 5+5 et des efforts de l’ONU, figurent parmi les principaux objectifs du nouveau Conseil présidentiel». Le chef du Conseil présidentiel libyen a en outre, souligné sa volonté d’»unifier toutes les institutions de l’Etat» pour, a-t-il dit, améliorer le niveau de vie des citoyens».
Peu avant son arrivée à Benghazi, Younes al-Menfi, avait précisé que sa visite dans cette ville et dans l’Est libyen visait à la «réconciliation» et à l’»unification des Libyens». Dans le cadre d’un processus parrainé par l’ONU, le Forum de dialogue politique libyen a élu le 5 février près de Genève M. Menfi et deux vice-présidents ainsi qu’un Premier ministre, Abdel Hamid Dbeibah. La nouvelle équipe doit former un gouvernement, préparer des élections nationales prévues le 24 décembre et mettre fin à une décennie d’instabilité politique et de divisions. Abdel Hamid Dbeibah et Mohammed Younes el-Menfi, épaulé par deux vice-présidents, devront tenter de réunifier les institutions d’un Etat miné par les divisions, avec deux autorités rivales basées dans l’Ouest et dans l’Est qui se disputent le pouvoir. (APS)