Par Jihad DORGHAM
Les élections prévues en Libye fin 2021 semblent de plus en plus compromises après l’échec de négociations tenues en Suisse sous l’égide de l’ONU qui tente d’aider ce pays à s’extraire d’une décennie de chaos, selon des experts. Réunies du 28 juin au 2 juillet, 75 personnalités libyennes de tous bords, choisies par l’ONU dans le cadre d’un processus de réconciliation, étaient appelées à s’accorder sur les modalités des élections législatives et présidentielle annoncées pour le 24 décembre. Elles devaient s’accorder sur un cadre constitutionnel censé régir ces modalités, en l’absence d’une Constitution en Libye, supprimée par l’ex-dirigeant Mouammar Kadhafi à son arrivée au pouvoir en 1969. Les discussions à Genève des personnalités réunies au sein du Forum du dialogue politique libyen (FDPL) ont été houleuses et très tendues, selon les images des réunions diffusées en direct à la télévision. La mission d’appui de l’ONU en Libye (Manul) a dû au bout de quatre jours reconnaître l’échec de ce dialogue, après l’absence d’un consensus parmi les délégués. «Aucun consensus n’a été atteint sur la proposition de base constitutionnelle», a regretté la Manul dans un communiqué, «encourageant» les membres du FDPL à poursuivre les concertations «en vue d’un compromis viable». Après un accord de cessez-le-feu entre forces rivales en octobre 2020, des séries de négociations ont eu lieu entre les Libyens dont l’une a débouché sur l’annonce d’élections le 24 décembre. De précédents accords sur la tenue de scrutins avaient été conclus ces dernières années mais sont restés lettre morte. La Libye tente de s’extraire d’une décennie de violences depuis le renversement et la mort de Mouammar Kadhafi après une révolte populaire en 2011, un chaos marqué ces dernières années par l’existence de pouvoirs rivaux dans l’Est et l’Ouest, sur fond d’ingérences étrangères. «Les divergences apparues lors des réunions de Genève étaient attendues», déclare à l’AFP Khaled al-Montasser, professeur en Relations internationales à l’Université de Tripoli. Selon lui, trois courants sont apparus à Genève. «Un premier groupe a demandé le report du scrutin à l’année prochaine, un deuxième qui ne veut que des élections parlementaires et un troisième qui reste attaché à la feuille de route (…) et la tenue des élections» le 24 décembre. Ce forum devait s’accorder au plus tard le 1er juillet pour soumettre au Parlement un cadre constitutionnel permettant d’adopter la loi électorale. En amont de Genève, un comité consultatif s’était réuni à Tunis du 24 au 26 juin à la demande de l’ONU pour examiner les différentes propositions concernant le cadre constitutionnel. Mais alors que tout semblait quasiment finalisé, de vives tensions sont apparues à Genève, d’où l’échec des négociations.
«Marché alléchant»
«Nous étions parvenus à un consensus sur un projet de texte pour la base constitutionnelle (…), mais dès le début des réunions il a été remis en question par certains membres qui ont fait de nouvelles propositions», a indiqué à l’AFP un délégué à Genève, sous couvert d’anonymat. Ils ont tenté «de se soustraire à leurs engagements en faveur de la tenue des élections» à la date prévue. Jalal al-Fitouri, professeur de droit, est convaincu que les divisions apparues à Genève ont été «orchestrées d’avance». «Ce n’est un secret pour personne que les Etats qui monopolisent le dossier libyen (…) ont fait pression sur ceux qui les représentent au FDPL à Genève», dit-il à l’AFP. Alors que la Russie, l’Egypte et les Emirats arabes unis ont apporté leur soutien au maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’Est, la Turquie et le Qatar appuyaient l’ex-gouvernement basé à Tripoli (ouest), remplacé depuis quelques mois par un gouvernement intérimaire chargé de mener la transition. «Chaque Etat impliqué soutient un camp et a son mot à dire sur le mode de scrutin ou les conditions de candidature (…) pour garantir l’arrivée au pouvoir de leur favori dans un pays qui, épuisé et détruit par la guerre, se prépare à une phase de reconstruction. Donc un marché alléchant», indique M. Fitouri. (Source AFP)