L’Unicef a appelé mardi le Liban à prendre des mesures urgentes pour protéger les enfants dans ce pays englué dans une crise politique et économique où l’organisme de l’ONU fait état d’une hausse du travail et d’une insécurité alimentaire les touchant. Les Libanais, dont près de 80% vivent sous le seuil de pauvreté, se battent pour survivre avec des revenus limités, des coupures d’électricité sans fin, des pénuries diverses dont de carburant, et une très forte inflation. «Une action urgente est nécessaire pour s’assurer qu’aucun enfant ne souffre de la faim, ne soit malade, ou ait à travailler», a déclaré dans un communiqué Yukie Mokuo, représentante de l’Unicef au Liban. D’avril à octobre, l’Unicef a suivi la situation de plus de 800 familles, constatant que leurs conditions de vie s’étaient détériorées de façon dramatique pendant cette période. «L’avenir d’une génération entière d’enfants est en jeu», indique l’organisme de l’ONU dans son dernier rapport. Selon cette étude, 53% des familles ont au moins un enfant qui a été privé d’un repas par jour en octobre, comparé à 37% en avril. «La proportion des familles (…) qui ont envoyé leurs enfants travailler est passée de 9% à 12%», ajoute l’Unicef. Environ 34% des enfants qui avaient besoin de soins de santé de base en octobre n’ont pas pu les recevoir, contre 28% en avril. «La vie est très dure et devient plus dure chaque jour», témoigne Hanane, une mère de 29 ans, citée dans le rapport de l’Unicef. «Aujourd’hui, mes quatre enfants sont partis à l’école avec rien dans le ventre (…) J’ai des idées suicidaires et la seule chose qui m’empêche d’en arriver là ce sont mes enfants. Je me sens tellement mal pour eux», ajoute-t-elle. Amal, une adolescente de 15 ans qui cueille des fruits dans le sud du Liban, explique qu’elle a dû travailler pour aider sa famille. «Nos parents ont besoin de cet argent. Qu’est-ce qu’ils feraient si on arrêtait de travailler?», dit-elle. <