L’armée libanaise a indiqué dimanche avoir arrêté huit personnes au lendemain d’une dispute ayant conduit des Libanais à incendier un camp de réfugiés syriens dans le nord du pays. Quelques heures après l’incendie, quasiment rien ne subsistait du camp informel, situé près de la ville de Bhanine et où résidaient environ 75 familles. Au moins quatre réfugiés ont été hospitalisés, selon le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR). Dans un communiqué, l’armée a fait état de «l’arrestation de deux Libanais et six Syriens après une dispute (…) entre un certain nombre de Libanais et des travailleurs syriens». «Les Libanais ont tiré des balles en l’air et mis le feu aux tentes de réfugiés syriens», a-t-elle ajouté, sans préciser la cause de la dispute ni la raison pour laquelle des Syriens avaient été arrêtés. Selon le HCR, la plupart des quelque 370 habitants du camp ont été relogés «dans des camps informels proches (…) ou hébergés par des habitants de la région». Dimanche, des dizaines d’entre eux sont revenus au camp pour tenter de récupérer leurs affaires mais ils n’y ont trouvé que des cendres. «Nous avons tout perdu en un instant», a indiqué Amira Issa, une Syrienne de 45 ans, mère de cinq enfants. Le Liban dit accueillir sur son sol 1,5 million de Syriens, dont près d’un million inscrits auprès de l’ONU comme réfugiés ayant fui le conflit dans leur pays. Les ONG dénoncent régulièrement les mesures discriminatoires et les discours de haine dont sont victimes les réfugiés syriens, dont la majorité des partis politiques et une partie de l’opinion publique réclament le retour en Syrie. Fin novembre, quelque 270 familles de réfugiés syriens avaient été chassées d’une localité du nord du pays après une altercation impliquant un ouvrier syrien accusé d’avoir tué un habitant. Le ministère des Affaires étrangères syrien a exprimé son «profond regret» après l’incendie et appelé «les Syriens forcés à quitter leur pays par une guerre injuste à revenir» chez eux.