Le projet du chef de l’Etat de la révision de la Constitution a reçu, mardi, le soutien déclaré et assumé de l’Armée nationale populaire à travers le discours prononcé par le chef d’état-major par intérim de cette institution.

Lors de sa visite au siège du ministère de la Défense nationale, pour baptiser le siège, le «quartier général», des Forces armées du nom du général de corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah, Abdelmadjid Tebboune a entendu le général-major Chengriha s’exprimer en des termes qui ne laissent aucun doute, en effet, sur l’appui de l’institution militaire à son plan d’amendement de la Loi fondamentale.
Pour le chef d’état-major en exercice de l’Armée algérienne, la présentation de la mouture de révision constitutionnelle au débat «est une preuve tangible de la bonne foi des hautes autorités du pays à consacrer le consensus national». Le président de la République a «réellement réussi à concrétiser de nombreuses promesses électorales que vous avez faites au peuple algérien», a-t-il déclaré.
A l’adresse du chef de l’Etat, le général-major Chengriha a affirmé qu’à «travers l’ouverture de plusieurs importants chantiers nationaux» et «l’initiation d’actions pour la réalisation du changement escompté», il a «réellement réussi à concrétiser de nombreuses promesses électorales (…) faites au peuple algérien». Ajoutant que «les contours de l’Algérie nouvelle se font de plus en plus visibles grâce à la dynamique positive que connaît le pays dans tous les domaines et sur tous les plans». «Ces pas importants ont été franchis avec assurance en dépit du temps relativement court», a souligné le Chef d’Etat-major de l’ANP par intérim.
Un discours qui appuie stratégiquement la démarche du chef de l’Etat dans son plan d’amendement de la Loi fondamentale ainsi que dans tous les aspects de sa gouvernance actuelle, y compris le volet sanitaire et économique. A ce sujet, le général-major Chengriha a relevé «l’intérêt adéquat» réservé à ce dossier, notamment suite à la chute des prix des hydrocarbures, mettant en avant les efforts visant le «rétablissement des grands équilibres budgétaires, la maîtrise des importations, la rationalisation des dépenses publiques, la diversification des importations et l’encouragement des investissements étrangers dans les secteurs productifs afin d’atteindre l’autosuffisance, réduire la facture des importations et la dépendance à l’extérieur».

Terrain déblayé
Au plan socioéconomique, il a souligné «la large satisfaction populaire suscitée par les mesures courageuses et urgentes prises en faveur des populations des zones d’ombre en vue d’atténuer leurs souffrances», évoquant notamment l’adoption d’une politique de proximité, l’activation des initiatives locales et l’association des jeunes à la vie politique et économique et sociale. Il a cité, en outre, la mise en œuvre de programmes de développement, d’investissements et de projets socio-économiques à même d’absorber le chômage, de créer de nouveaux postes et de permettre à cette catégorie de contribuer au développement du pays.
Des déclarations qui ont pour sens le déblaiement de terrain et de dégager l’horizon politique du président de la République, désormais assuré de la main forte de l’institution militaire face à ses adversaires. Et pour les chantiers qu’il a ouverts dans un champ politique, où l’enjeu capital pour lui est de solder l’héritage de l’ancien Président et les foyers de crise qu’il a générés à tous les niveaux. En particulier celui d’avoir réveillé la contestation sociopolitique et la revendication d’un changement de gouvernance radical et immédiat. Une quérulence que M. Tebboune et le haut commandement de l’ANP perçoivent comme un danger pour le pays et sa stabilité. Preuve en est, un projet de révision constitutionnelle qui se lit comme un gage de réforme prudente, mais progressive et comme une réponse ensuite à ceux qui rêvent ici et là d’une révolution institutionnelle dans le pays.
D’ailleurs, et dans un renvoi d’ascenseur, le chef de l’Etat n’a pas manqué, lors de son allocution devant les cadres et personnels de l’Armée nationale populaire, de souligner que la position «constante» de l’ANP «dérange les ennemis de l’Algérie parmi les haineux, les envieux et ceux qui se cachent derrière des lobbies» et auxquels «nous saurons faire face». n