Il aura fallu compter sur un M’Bolhi en état de grâce et la nouvelle aura africaine de Mahrez pour voir l’équipe nationale glaner un point contre le Zimbabwe (2-2/1-2 à la pause). Une première sortie dans la Coupe d’Afrique des nations 2017 (14 janvier-05 février au Gabon) où les Verts sont passés tout proches de la correctionnelle. Une seule unité de prise qui ne laisse plus le droit à l’erreur pour l’EN. L’Algérie devra jouer la Tunisie puis le Sénégal, qui ont joué plus tard dans la soirée (22h22) dans un groupe « B » très relevé.

Quatre victoires sur les 16 débuts dans les précédentes phases finales de la CAN pour « El-Khadra », le bilan était maigre et la crainte de subir la guigne encore était omniprésente. « Les Fennecs » se devaient de la chasser pour ne pas se mettre dos au mur dès la première journée. Le sélectionneur national Georges Leekens ne cessait de le marteler : « On doit gagner le premier match face au Zimbabwe. C’est une rencontre très importante pour nous et on doit empocher les trois points. La victoire lors du premier match va nous permettre de gagner encore plus de confiance.» Le potentiel des « Warriors » a été confirmé dès le premier quart d’heure avec deux grosses alertes sur la cage de Raïs M’Bolhi. La première sur un contre (9’) et la seconde sur une magnifique reprise de volée (11’). La frappe instantanée de Billiat a été détournée par le portier Dz sur son montant. M’Bolhi venait de priver le redoutable attaquant du Mamelodi Sundowns de ce qui aurait pu être le but du tournoi. Bousculés, les Algériens répondent par l’intermédiaire de Mahrez (12’) qui fixe le défenseur sur une contre-attaque avant d’enrouler du gauche. Le ballon caresse le poteau pour aller mourir au fond de la cage de Mkuruva. On croyait que les « Guerriers du Sahara » avaient fait le plus dur en trouvant la faille dans une défense qui n’avait encaissé que 3 buts lors des 10 derniers matchs mais les Zimbabwéens ont nivelé la marque cinq minutes plus tard grâce à Mahachi. Une égalisation qui a fait mal. Les poulains de Leekens ont semblé sonnés commençant à subir.
Après 25 minutes de jeu les Zimbabwéens avaient déjà frappé par cinq fois sur les buts de M’Bolhi contre deux pour les Algériens.
La pression devenait pesante et Belkhiter ne contrôlait plus les assauts à répétition à droite. L’arrière-droit,  livré à lui-même et pas franchement aidé par Mahrez, a craqué en commettant une faute dans la surface (28’). Penalty transformé par Mushekwi. A la pause Yacine Brahimi et consorts avaient un retard d’un but à refaire. Ça aurait pu être plus si le dernier rempart de l’EN n’avait pas sorti des parades venues d’ailleurs (22’ ,53’ et 81’). En incorporant Meftah à la place de Belkhiter au retour des vestiaires, le driver de l’EN a essayé de colmater les brèches. Et c’est un défenseur, Bensebaïni en l’occurrence, qui a touché la transversale (59’).
Un problème de justesse comme les centres imprécis de Faouzi Ghoulam ou la finition de Mahrez (67’). En face, l’adversaire a décidé de bétonner derrière. La tâche de Aïssa Mandi & cie devenait très complexe devant un bloc compact. La torpeur puis la lueur de Mahrez qui égalise (81’) d’un tir croisé depuis l’extérieur de la surface. Un partage de points, les quarts de finalistes de la dernière CAN  devront s’en contenter malgré la kyrielle d’opportunités et les occasions mal exploitées. 

Fiche technique
Stade de Franceville (Gabon)
Pelouse : très bon état
Affluence : moyenne
Temps : ensoleillé
Arbitre : Bamlak Tessema
Weyesa (Ethiopie)
Assistants : Jean Claude Birumushahu (Burundi) et Aboubacar Doumbouya (Guinée)
Buts : Mahrez (12’) et (82’) pour l’Algérie, Mahachi (17’) et Mushekwi (38’)
Avertissement (s): Belkhiter (28’) pour l’Algérie et Rusike (38’) pour le Zimbabwe
Equipe d’Algérie : M’Bolhi, Mandi (c), Bensebaïni, Belkhiter (Meftah 46’), Ghoulam, Guedioura, Bentaleb, Brahimi, Mahrez, Soudani (Ghezzal 77’), Slimani
Sélectionneur : Georges Leekens
Equipe du Zimbabwe : Mkururva, Muroiwa, Bhasera, Nhamoinesu, Zvirekwi, Phiri, Billiat, Katsande (c), Mahachi, Mushekwi (Malajila 78’), Musona (Rusike 12’).
Sélectionneur : Callisto Pasuwa