A l’approche de la date FIFA de mars, ce n’est certainement pas la meilleure des nouvelles pour le sélectionneur Djamel Belmadi ni pour l’un de ses joueurs les plus importants. Ismaël Bennacer voit ses problèmes à la cuisse droite perdurer. Son entraîneur à l’AC Milan, Stefano Pioli, s’est voulu rassurant sur la nouvelle blessure survenue jeudi dernier en Europa League chez l’Etoile Rouge de Belgrade sans donner plus de détails. La situation de l’Algérien est, pour le moins, très floue.

Hier, Bennacer a raté le derby Milanais contre l’Inter. Un duel capital dans la course au titre en Serie A. C’était la 15e rencontre que le milieu de terrain des Fennecs ratait avec les «Rossoneri» sur les 35 tests toutes compétitions réunies depuis l’entame de l’exercice. Une liste qui reste ouvrable tant la durée d’indisponibilité de l’ancien sociétaire d’Empoli n’a pas été définie par le staff médical si l’on se réfère aux propos de son coach.
En conférence de presse d’avant-match tenue samedi après-midi, Pioli avait, bien évidemment, été interrogé sur l’état physique de Bennacer qui était remplacé de manière prématurée il y a 3 jours. Le technicien a tenu à assurer que l’international algérien «n’a pas rechuté mais le muscle n’a toujours pas l’élasticité nécessaire. J’espère le revoir bientôt» sans donner plus amples détails sur la nature de son problème physique.

Retour trop précipité ?
Pour l’instant, il n’y a pas de durée d’absence pour le stabilisateur de l’entre-jeu des Lombards qui s’est blessé trois fois en l’espace de deux mois. La récurrence des pépins physiques est inquiétante pour le natif d’Arles qui a eu un souci au biceps crural (ischio-jambiers). Un problème qui l’avait déjà contraint à se ménager pendant près de 7 semaines entre la fin novembre et le début janvier.
Avec son retour à la compétition, on l’avait senti moins serein sur ses prises de balles et ses appuis, ce n’était pas vraiment le Bennacer qu’on connaissait. Et cela s’est confirmé jeudi dernier à 5 minutes de la pause lorsque Sandro Tonali a pris sa place contre l’Etoile Rouge de Belgrade. Après une heure peu convaincante dans le rendement lors de la défaite, il y a 9 jours, contre Spezia en championnat, on espérait revoir un «Isma» plus inspiré et mieux en jambes. Il n’en fut rien.

Quelles alternatives dans le milieu pour l’EN ?
Son retour sur les terrains semble avoir été précipité. Bien que Piolo essaie d’assurer qu’il n’y pas eu de rechute, la crainte est là pour le MVP de la CAN-2019 qui doit faire avec une cuisse récalcitrante. Le fait d’avoir enchaîné une cinquantaine de matchs non-stop y est pour quelque chose. Néanmoins, la saison s’annonce assez longue et Bennacer pourrait être très utile pour le finish. Surtout que les Lombards luttent pour le «Scudetto» en plus d’être toujours en vie dans la Ligue Europa. Depuis le début de l’exercice, le Vert a joué 1304 minutes.
Par ailleurs, la gravité et la délicatesse de cette blessure menacent considérablement sa présence de lors du prochain regroupement de l’équipe nationale qui débutera dans un peu plus de deux semaines. Un stage qui sera ponctué par les rencontres face à la Zambie et le Botswana comptant pour la 5e et 6e journée des éliminatoires de la CAN-2021. Le sélectionneur national Djamel Belmadi pourrait accélérer la venue de Ramiz Zerrouki qui brille avec le FC Twente (Eredivisie/Pays-Bas). Il pourra aussi compter sur un Hichem Boudaoui très performant avec l’OGC Nice mais aussi Haris Belkebla auteur de bonnes prestations avec le Stade brestois en première division française. Ces deux derniers auront du temps de jeu avec «El-Khadra». Quant au premier nommé, sa venue reste tributaire de sa volonté de porter la tunique de l’EN et la vitesse des démarches administratives pour changer de nationalité sportive étant donné qu’il a joué pour les catégories jeunes de la sélection néerlandaise.