Malgré un début de saison très poussif, il y a un sérieux mieux du côté de l’ES Sétif. Après avoir longtemps végété dans le ventre mou du tableau, voire la partie orange, l’Entente s’est hissée jusqu’à la 4e place la faveur d’une série de six rencontres sans défaite où elle a pu compiler 16 points sur 18 possibles en championnat. Après 18 journées, elle se trouve à deux longueurs du podium qu’ouvre la JS Kabylie (29 points).

Cela fait deux mois et demi que les Sétifiens n’ont pas goûté à la défaite. Il faut remonter au 30 novembre dernier et le déplacement chez le CS Constantine pour voir la formation des Hauts-Plateaux abdiquer (3/1). Depuis, ce sont 9 sorties sans s’incliner. Huit victoires et un nul Ligue 1 et Coupe d’Algérie réunies, personne ne peut se targuer de faire mieux. Même pas le CR Belouizdad, leader du championnat, qui a été éliminé de l’épreuve populaire. Le 26 octobre dernier, Nabil Kouki succédait à Kheireddine Madoui à la tête de la barre technique ententiste reprenant un groupe plombé par les mauvais résultats. Après quatre tests dans lesquels ses troupes n’ont pu décrocher qu’un seul succès, l’équilibre a été trouvé. Notamment en attaque où le onze a pu faire mouche à chacune des 9 explications qui ont suivi avec un total de 23 réalisations toutes compétitions confondues. « Bien qu’on ne concrétise que 30% des occasions de but qu’on arrive à créer, cependant, je suis fier d’avoir la meilleure ligne d’attaque du championnat. Ceci va motiver mes joueurs, notamment les attaquants pour le reste des matches », indique le technicien tunisien qui montre, toutefois, qu’il exige plus de réalisme de sa ligne offensive.

Boussouf, le petit génie
Kouki est logiquement satisfait de la production de sa ligne d’attaque qui lui permet de remporter des rencontres. Il a trouvé la meilleure façon de manager son effectif et compte reste fidèle à sa philosophie : « tant que les attaquants marquent, je ne trouve pas de raison de changer. Je pense que chaque joueur doit montrer de quoi il est capable.
On est en train de lancer des jeunes attaquants en leur donnant du temps de jeu. Avec le travail et l’abnégation, ils vont s’imposer.» Parmi les pépites on retrouve le très talentueux Ishak Talal Boussouf. A 18 ans, il fait l’étalage d’une palette technique indéniable qui fait de lui une véritable star montante de la balle ronde algérienne. Il ne marque pas beaucoup (1 réalisation en championnat et une offrande) mais son apport dans le jeu, ses passes clés et ses décalages sont pour beaucoup dans les récents résultats. Pour prouver que l’ « Aigle Noir » dispose d’un élément à en devenir, on notera que l’AS Monaco (France) a insisté pour l’enrôler lors du mercato d’hiver contre un chèque de 500.000 euros. Toutefois, le transfert ne s’est finalement pas concrétisé parce que la direction du «Wifak» estimait la somme dérisoire par rapport au potentiel de l’ailier droit. Somme toute, le team d’Aïn El-Fouara semble être sublimée par Kouki. Et ce, en dépit de quelques averses qu’a traversées la direction avec le conflit entre Fahed Helaïfia, actuel président de la SSPA/ESS et Abdelhakim Serrar qui voulait prendre le costume de boss.
Ces problèmes semblent derrière l’ESS qui est dans le coup pour réaliser un éventuelle doublé. Pour cela, il faudra préserver cette dynamique. Pour cela, il faudra bien négocier le voyage chez le NC Magra dans 2 jours.