Incroyable mais vrai ! Au moment où toute la région se trouve inondée suite aux dernières intempéries, la ville de Béjaïa, qui compte près de 200 000 âmes, vit une crise sans précédent en matière d’eau potable.

Cela fait plus de trois jours que les Béjaouis souffrent le martyre, étant donné que leurs robinets sont toujours à sec ! Le comble est que tous les habitants de la ville des Hammadites sont privés de ce liquide vital. Outre les ménages, l’ensemble des commerçants s’en plaignent et ne savent plus à quel Saint se vouer ! Ainsi, des citoyens et des commerçants, visiblement outrés par cette crise d’eau potable qui persiste encore, ne cessent de lancer des appels de détresse aux responsables concernés, à travers les ondes de la Radio locale. Des appels qui n’ont pas tardé à faire réagir la Direction de la société en charge de la gestion des réseaux d’alimentation en eau potable (AEP), l’Algérienne des eaux (ADE) en l’occurrence.
En effet, l’unité ADE de Béjaïa a rendu public, hier, un communiqué, à travers lequel elle tient à informer ses abonnés de la commune de Béjaïa qu’«une perturbation dans la distribution d’eau potable est intervenue en raison de la rupture de la conduite de diamètre 700 mm entraînée par les dernières intempéries». Cette panne survenue au niveau de la conduite principale provenant de la source Ainser Azegzaw (source bleue), située à Darguinah (40 km à l’est de Béjaïa), serait due à la dernière crue de l’oued Aguerioune, précise-t-on.
Pour sa part, le chargé de la communication auprès de l’ADE de Béjaïa, M. Belhaddad, est intervenu, hier, sur les ondes de la Radio Soummam pour rassurer les citoyens de la région, informant que «la distribution se fera 1/2 jour, et ce, jusqu’à l’achèvement des travaux de réparations». L’intervenant tient, par ailleurs, à s’excuser auprès de ses abonnés pour les désagréments causés par cette perturbation.
En mars 2015, un incident analogue et quasiment au même endroit avait été alors déploré, faisant rappeler aux abonnés de l’ADE un « pénible souvenir », les réparations y afférentes ayant perduré une quinzaine de jours.
Pour éviter la récidive, l’ADE a installé, hier, une cellule de crise, essentiellement pour arrêter un programme d’alimentation, à tour de rôle des différents quartiers de la ville, en substitution l’eau arrivant de la source Bleue par celle en provenance du barrage de Tichy-haft, à l’Ouest, à raison d’un jour sur deux. Les institutions publiques et les structures sanitaires (hôpitaux, polycliniques), quant à elles, vont être secourues par un roulement de camions citernes, a-t-on expliqué.
La réparation interviendra, pour sa part, une fois constatée la décrue de l’oued, a-t-on ajouté, indiquant que jusqu’à présent, il n’a pas été possible ni d’intervenir ni de faire un bilan des dégâts subis par la conduite, une canalisation en acier noir de diamètre 700, a-t-on précisé. Pour rappel, le ministre des Ressources en eau et de l’Environnement, M. Hocine Necib, s’est engagé, lors de sa dernière visite dans la wilaya de Béjaïa, à dire que d’ici la prochaine saison estivale 2018, pas moins de 24 communes, sur les 52 que compte la wilaya, seront alimentées au quotidien (H24), dont 17 concernées par le transfert à partir du barrage de Tichy-Haf, sis à Bouhamza, tout en soulignant que les travaux de raccordement sont en voie d’achèvement.