Jeudi dernier, Djamel Belmadi a clairement fermé la porte à un retour d’Andy Delort
en équipe nationale lors de son passage dans l’émission «Rothen s’enflamme» sur les ondes de RMC. Les propos au vitriol du sélectionneur de l’EN ont suscité nombreuses réactions. Cela en dit long sur l’aspect percutant de ses mots et la maîtrise de l’aspect communication.

Par Mohamed Touileb
Jeudi dernier, Belmadi n’a pas mis de gants pour évoquer le cas Delort dans l’émission «Rothen s’en flamme». Connu pour sa franchise et ses déclarations sans ambages, le premier responsable de la barre technique des «Verts» a littéralement sulfaté le nouveau sociétaire de l’OGC Nice.

Acte de divorce pour Delort et extincteur pour Rothen
«Il dit vouloir faire une pause d’un an. C’est la grosse blague de l’année. C’est une grosse stupidité, quel culot ! Qu’il sache qu’on n’accepte pas ça. On joue à 40 degrés au Niger et quand tout est fait, le monsieur revient comme une petite mariée et dire ‘’je suis dispo pour le Mondial»», alâché Belmadi qui n’est pas allé de main morte reprenant littéralement de volée son désormais ancien avant-centre. Au passage, le meilleur entraîneur africain de 2019 n’a pas hésité à recadrer le présentateur de l’émission, Jérôme Rothen, qui l’avait accablé après la mise à l’écart de l’ex-Montpelliérain. «Avant de venir là, je voulais savoir ce que t’as dit par rapport à ça (l’affaire Delort). Je ne vais pas dire que je te donne un conseil mais, quand il s’agit d’un pays, il faut faire attention»avait exhorté l’ancien coach d’Al-Duhail SC (Qatar) non sans noter que «tu peux être subversif comme tu le fais Jérôme. Moi j’aime bien quand tu parles purement technique et football parce que t’as déjà été footballeur. Et là ça a tout son sens».

Galtier rétorque
Ces passages assez rentre-dedans n’ont pas été du goût de Christophe Galtier qui entraîne Delort à l’OGC Nice et qui a déjà connu Belmadi en tant que joueur quand il était entraîneur adjoint à l’OM entre 1999 et 2001. Il faut dire que le technicien français n’a pas trop apprécié que le successeur de Rabah Madjer sur le banc d’«El-Khadra» charge le «Gym» en révélant que le club demande aux joueurs africains de boycotter leur sélection et de ne pas accepter de jouer la CAN-2021 au Cameroun. «Je l’ai connu en tant que jeune joueur, c’était un bon footballeur déjà très excessif. Ça se confirme en prenant de l’âge. Des fois, on s’assagit, d’autres, on ne s’assagit pas. Je l’ai trouvé très excessif hier», avait estimé Galtier vendredi écoulé.

Di Meco et Domenech comprennent
Lors de la période Marseillaise de l’architecte du sacre de l’Algérie à la CAN-2019, il a pu connaître un certain Eric Di Meco, ancien Phocéen. Ce dernier n’a pas hésité à le défendre en notant : «Galtier c’est mon ami, je l’encense quand il le mérite mais là il n’a pas été bon sur sa conférence de presse. Il n’y a pas à s’énerver». Samedi, c’est Raymond Domenech, ancien sélectionneur de l’équipe de France, qui a donné son avis sur le «Delortgate». Et on peut clairement dire qu’il s’est rangé du côté de Belmadi en rappelant que «l’Algérie, c’est un pays où le football est passionnel, où il est d’une autre dimension. Belmadi ne fait que dire ce que tout le monde pense en Algérie». Comme auprès de ses joueurs et des Dz, Belmadi a cette faculté à faire l’unanimité dans sa com’. En tout cas, le passage de Belmadi sur RMC n’a pas laissé indifférent. Ses mots ont eu l’effet escompté puisqu’ils ont fait réagir. Le message qu’il voulait passer à Delort est certainement passé. En d’autres mots : le natif de Sète est définitivement blacklisté.