De plus en plus de professionnels de la santé tirent la sonnette d’alarme suite à la tendance haussière du nombre de contaminations au coronavirus. Elle s’est accélérée depuis une semaine se traduisant sur le terrain par l’aggravation de la situation sanitaire avec notamment des unités de réanimation saturées dans de nombreux hôpitaux suite à l’afflux massif de malades contaminés par la Covid-19 enregistrés ces derniers jours.

Le Dr Lyes Merabet, président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), nous souligne, qu’«au moment où certains disaient que la situation était maîtrisée et que plusieurs services Covid ont été fermés pour reprendre leurs activités habituelles, déjà à l’époque, notre syndicat disait qu’il fallait être prudent et ne pas avoir de discours trop rassurant. Nous avions déjà alerté que cela aurait des fâcheuses conséquences dont un relâchement des gestes barrières qui compliquerait la situation sanitaire. Et malheureusement, c’est ce qui s’est passé.»
Face au constat que la pandémie reprend du terrain de manière rapide, le président du SNPSP confirme que cela a inévitablement impacté le fonctionnement des hôpitaux et des structures hospitalières et met la pression sur les professionnels de la santé qui sont déjà à bout de souffle.
Il nous affirme à ce sujet que «de nombreux services Covid affichent complets, nécessitant l’ouverture d’autres services en urgence. Les lits de réanimation sont aussi pleins et il y a des difficultés à trouver des places pour les malades qui présentent des complications nécessitant ce type de soins et qui parfois sont transportés vers des hôpitaux d’autres wilayas pour survivre. La situation est vraiment alarmante».
Le Dr Lyes Merabet rappelle que dès le début de l’apparition de la pandémie en Algérie, le SNPSP avait à maintes reprises alerté et même écrit aux différents services et autorités concernées des propositions notamment avec un courrier adressé au Premier ministère et au Président de la République qui «jusqu’à aujourd’hui n’ont jamais été prises en considération», se désole-t-il.
Notre interlocuteur nous souligne qu’un véritable confinement sanitaire doit être accompagné de mesures avec ses indicateurs épidémiologiques.
Il s’agit avant tout d’avoir les moyens de dépistages afin d’identifier les clusters, les foyers de contamination, cela permettrait d’avoir une imagerie de l’évolution de l’épidémie pour pouvoir agir efficacement. Il insiste sur le suivi de ses enquêtes épidémiologiques en soulignant que «si on n’a pas cette cartographie claire, mise à jour régulièrement, de cette épidémie qui continue d’évoluer d’heure en heure et jour après jour, on sera toujours en retard pour la mise en place des démarches qui doivent répondre à la situation et atteindre les objectifs pour lesquels elles ont été fixées».
Il a aussi insisté sur le fait que les mesures sanitaires préventives doivent être appliquées avec la rigueur de la loi et l’intervention d’autres secteurs dont le sécuritaire pour appliquer le respect strict des lois de la République.
Le Dr Lyes Merabet a tenu à lancer un appel aux pouvoirs publics en déclarant qu’en tant que «représentant syndical qui défend les intérêts des adhérents du SNPSP, qui sont des médecins généralistes, des dentistes, des pharmaciens, sur le front aux côtés d’autres professionnels, nous demandons les moyens de protection parce qu’ils n’existent plus à notre niveau, tels que les surblouses, les visières, les masques, etc.». Réitérant : «Nous demandons que ces moyens soient disponibles et que les conditions de travail soient améliorées.»
Sur le même ton solennel, il lance un appel aux Algériens pour «nous aider en respectant les gestes barrières, le port du masque sur le nez et la bouche, l’hygiène des mains, faire attention aux surfaces et objets qui risquent d’être contaminés en les désinfectant et éviter les rassemblements. Ces gestes, ce n’est pas seulement en solidarité avec le personnel soignant, mais c’est aussi pour garantir la santé des familles et des proches de chaque Algérien». Il conclut en alertant : «Nous sommes dans une situation grave qui évolue vers une situation dramatique. On peut l’éviter, à condition de respecter les gestes barrières.»
Pour sa part, le Professeur Riad Mahyaoui, membre du Comité scientifique chargé du suivi de la pandémie du Coronavirus (Covid-19), a déclaré, hier, dans les médias que «le virus circule de façon accéléré et la situation est grave», annonçant que de nombreux services de réanimation affichent un taux d’occupation de 100%.
Face à la saturation des services Covid dans de nombreux hôpitaux sur le territoire national, le membre du comité scientifique relance l’appel aux Algériens pour le respect des gestes barrières et une réelle prise de conscience collective, pour «être solidaires et arrêter la propagation du virus».
Le Professeur Mahyaoui a également appelé les autorités «à appliquer la loi contre tous ceux qui ne respectent pas les mesures d’interdiction des regroupements, notamment l’organisation de mariages et célébrations car la plupart des clusters sont familiaux».
Rappelons que le Premier ministre a annoncé, jeudi dernier, de nouvelles mesures de «re-confinement partiel» sans écarter «un éventuel recours à d’autres mesures de confinement partiel ou total à domicile et/ou à des restrictions des activités économiques et sociales». n