Dans un contexte mondial, où près d’un milliard de personnes sont contraintes au confinement pour raison d’urgence sanitaire afin de limiter la propagation du Covid-19, les plus célèbres opéras actualisent leurs sites et leurs réseaux sociaux pour offrir des spectacles afin d’apporter un peu de réconfort et une bouffée d’oxygène dans un contexte de plus en plus anxiogène.

Des spectacles qui pour la majorité sont accessibles aux internautes algériens au grand bonheur des mélomanes et des amoureux des arts lyriques qui ont l’occasion inespérée d’assister à des spectacles exceptionnels en un click. C’est dans l’esprit d’allier confinement et spectacles, qu’un célèbre opéra russe, l’opéra de Perm, a annoncé qu’il allait sélectionner chaque jour un spectateur, préalablement testé au nouveau coronavirus, un heureux élu, qui aura le droit d’assister seul à la représentation dans la salle. « Le théâtre d’opéra et de ballet de Perm lance un projet anti-quarantaine », a annoncé sur son site internet cet opéra, situé dans l’Oural, qui a baptisé le projet « En tête-à-tête », rapporte l’AFP.
L’Opéra de Perm, fondé à la fin du 19e siècle, est un des plus renommés de Russie, annonce dans ce communiqué qu’à partir de fin mars, un spectateur pourra assister aux spectacles diffusés en ligne alors que pour lui, et lui seul dans la salle, tous les comédiens et musiciens vont jouer », précise le communiqué, qui estime qu’« un spectacle digne de ce nom ne peut pas avoir lieu sans public».
L’heureux élu sera tiré au sort et devra passer un examen médical avant le spectacle, a précisé le metteur en scène Marat Gatsalov, cité dans le communiqué, qui a estimé que ce projet est « sans précédent dans l’histoire du théâtre ». « Nous sommes prêts à jouer des spectacles même pour une personne, parce qu’un spectateur est égal par sa valeur à une salle comble », a-t-il ajouté. Dès l’annonce de la fermeture des salles de spectacles dans la majorité de la centaine de pays touchés par le Coronavirus dans le monde, des dizaines de théâtres et d’opéras à travers le monde, en Europe comme aux Etats-Unis, ont pris l’initiative de présenter leurs concerts et spectacles, diffusés en ligne, devant des salles vides. Avec le fameux dicton des artistes « The show must go on » (Le spectacle continue envers et contre tout », l’Opéra de Munich a aussi mis gratuitement à disposition des mélomanes la captation de l’une de ses anciennes productions, servie par deux étoiles du monde lyrique, « Le Trouvère » de Verdi avec Jonas Kaufmann et Anja Harteros. Cette initiative sera suivie par l’orchestre de la Philharmonie de Berlin qui, la première, a donné libre accès, pour un mois, à son formidable Digital Concert Hall, véritable coffre aux trésors symphoniques. Dans ce sillage, des initiatives sont aussi prises par l’Opéra de Vienne (qui possède un remarquable catalogue de productions filmées) ou celui de Stockholm, qui a choisi de plonger le spectateur dans une « vraie » représentation, en proposant en direct vidéo « La Walkyrie de Wagner », qui est accessible aux internautes algériens grâce à la magie du Web. A New York, le « Metropolitan Opera », qui dispose également d’un nombre important d’archives filmées et fut pionnier dans la retransmission de ses spectacles dans les salles de cinéma du monde entier, rediffuse certaines de ses productions gratuitement sur son site. « Nous souhaiterions offrir une consolation lyrique à tous les amateurs d’opéra en ces moments extraordinairement difficiles », assure son Directeur général Peter Gelb.
Pour sa part, la Philharmonie de Paris a lancé» le concept de « Si tu ne viens pas à la musique, la musique viendra à toi », qui met en avant ses anciens concerts disponibles sur l’application PhilharmonieLive, tout en développant, sur son site, des playlists thématiques ou la visite virtuelle de son Musée également accessible aux internautes algériens. L’Opéra de Paris a, quant à lui, mis en place une programmation lyrique et chorégraphique en streaming gratuit, en commençant par la diffusion gratuite de la nouvelle production de «Manon ». Par ailleurs, si dans le monde entier fleurissent streaming en direct, diffusion d’anciens concerts sur les applications et les plateformes des grandes institutions internationales dédiées à la musique universelle et aux arts lyriques, il y a aussi des initiatives individuelles d’artistes qui se retrouvent désormais brutalement privés de public.
Des live d’artistes lyriques en direct dans son salon
A l’instar des stars de la pop musique, les plus grands musiciens de musique symphonique et des interprètes lyriques entretiennent le lien avec leur public qui s’élargit grâce à cette crise sanitaire et aux réseaux sociaux, à l’instar du pianiste Igor Levit qui donne un récital dans son salon, accessible sur les réseaux sociaux. Il y a également de larges extraits de Werther, de Massenet, que la mezzo-soprano Joyce DiDonato a interprété avec le ténor polonais Beczala, en direct sur ses comptes Instagram et Facebook. La chanteuse-citoyenne a saisi l’occasion pour appeler ceux qui en ont les moyens à effectuer des dons en faveur des théâtres et des orchestres. Quant au violoniste Renaud Capuçona, il a posté une vidéo où on le voit et l’entend jouer, soutenu par l’application NomadPlay qui permet à un instrumentiste d’être accompagné virtuellement par tout un orchestre. Une manière d’inciter les musiciens, professionnels ou amateurs, à pratiquer leur art, à égayer leur quotidien confiné et celui de leurs proches.n