Le directeur général de la prévention au ministère de la santé, Djamel Fourar, a affirmé hier qu’aucun cas de personne touchée par le coronavirus n’a été enregistré dans notre pays. Les décès qui ont préoccupé récemment l’opinion, cinq au total dont un recensé à l’hôpital de Beni Messous d’Alger, sont dus, selon lui, à la grippe saisonnière qui a pris des formes compliquées chez ces victimes, ajoutant que la campagne de vaccination lancée en octobre dernier se poursuit à ce jour. Toutefois, « il faut rester vigilant », a-t-il recommandé en citant les cas des 125 personnes porteuses de virus recensées aux Etats-Unis, en Europe et en Australie,
M. Fourar a par ailleurs défendu l’usage des caméras thermiques au niveau des ports et aéroports nationaux pour la surveillance sanitaire et la détection des cas de personnes susceptibles d’être contaminées par le virus de Wuhan. Ce responsable réagissait aux déclarations de certains selon lesquels ces caméras n’ont pas toute la capacité ni toute l’efficacité attendue pour détecter des personnes suspectées d’être porteuses de maladies et nécessitant une prise en charge sanitaire adéquate. « Il s’agit d’un dispositif qui répond aux recommandations de l’OMS », a indiqué le docteur Fourar lors de son passage à l’émission « l’invité de la rédaction » de la Chaîne III de la Radio nationale.
« Il est vrai qu’il n’y a aucun dispositif qui est fiable à 100% », mais les caméras thermiques permettent de « détecter les températures élevées » et aident ainsi au contrôle des personnes qui auraient pu échapper à d’autres « filtres » de surveillance », a-t-il ajouté. Il a souligné qu’aussitôt l’alerte donnée par l’Organisation mondiale de la santé sur la dangerosité du coronavirus apparu dans la métropole de Wuhan en Chine, un comité d’experts médicaux s’est réuni aux fins d’évaluer et d’étudier les moyens de prévenir les dangers d’une éventuelle propagation du virus dans le pays. Les autorités sanitaires ont décidé, à titre préventif, de faire procéder à la mobilisation de l’ensemble des professions de santé, a-t-il encore indiqué.
Certains vols particulièrement surveillés
Des équipes sanitaires dépêchées aussitôt vers les ports, aéroports et frontières terrestres ont été équipées de caméras thermiques et dotées d’ambulances pour les aider à détecter des personnes suspectées porteuses de maladies et à assurer leur acheminement immédiat vers des établissements hospitaliers pour être mis placées en confinement », a-t-il souligné.
En ce qui concerne les Algériens rapatriés de Chine, trente-six étudiants, Djamel Fourar a expliqué qu’après leur retour au pays, ces ressortissants « qui sont des gens sains », seront tous placés en observation, pendant 14 jours, la durée d’incubation du virus, et soumis à divers contrôles. Il en sera de même pour l’équipage et les personnels médicaux (dont deux médecins spécialisés en maladies infectieuses). Après cela, les personnes rapatriées pourront rejoindre leurs familles après les mesures de contrôle nécessaires dont les « examens cliniques » et la « surveillance régulière » de leurs températures. Le directeur de la prévention au ministère de la santé a par ailleurs fait remarquer que certains vols à destination de l’Algérie sont particulièrement surveillés, ceux en provenance d’Istanbul, de Dubaï, de Doha et du Caire, c’est-à-dire des plateformes aéroportuaires à forte densité de trafic et de connexions avec les aéroports chinois et asiatiques.
A un autre niveau, il est à signaler que la Chine a adressé hier ses « sincères » remerciements à l’Algérie pour les aides médicales urgentes fournies aux autorités locales pour faire face à la prolifération du nouveau coronavirus dans la ville de Wuhan, a indiqué un communiqué de l’ambassade de Chine à Alger.
« Ces importantes aides constituent la meilleure preuve de l’amitié historique profonde qui lie les deux peuples », ajoute le communiqué. L’Algérie a fait don de 500.000 masques à trois couches, 20.000 lunettes de protection et 300.000 gants.<