Suite à la fermeture des musées algériens, le musée national du Bardo, à l’instar de la majorité des musées dans le monde, propose une visite virtuelle via les plateformes numériques.

En effet, le musée du Bardo d’Alger propose sur sa page Facebook un lien vers une chaîne Youtube qui réunit plusieurs visites vidéo du musée. L’une d’elle mettant en avant l’exposition «l’Algérie dans la préhistoire» ayant réuni les résultats de recherches archéologiques entreprises entre la grotte de Taza de Jijel, au site Tin Hanakaten, au Tassili N’ajjer à Djanet, ou encore sur le célèbre site de Aïn El Hanech. La même chaîne offrant également des visites dédiées à l’architecture du musée en lui-même, la bâtisse remontant pour rappel au début du 18e siècle. Il est à noter sur instruction du ministère de la Culture, que les institutions muséales algériennes, tout en recevant ordre de fermer leurs espaces, ont également été appelées à une plus grande orientation vers les réseaux sociaux afin de maintenir le lien avec le public. Par ailleurs, affichant fermé aux quatre coins du monde, les principaux musées de la planète à l’image des célèbres Château de Versailles et le Louvre de Paris, du musée de l’institution «Smithsonian» ou encore de Pergame d’archéologie de Berlin… sont aujourd’hui contraints à faire face à une situation totalement inédite. Véritable dilemme pour leurs responsables, piégés entre la mission de promouvoir les arts et la culture et la nécessité de fermer les espaces au public pour limiter la propagation de l’épidémie. La «solution» toute trouvée, et qui se multiple un peu partout dans le monde, étant ainsi de proposer sur les sites Internet des visites virtuelles, des photos des œuvres en hautes résolution, des vidéos ou même des «visites 3D»…
Dès lors, visites virtuelles, partages de photographies d’œuvres et pièces archéologiques, mais également extraits de catalogues et textes explicatifs qui apparaissent ainsi comme la meilleure alternative à la fermeture des musées. L’initiative est ainsi proposée par le site de l’institution «Musées de Paris» qui réunit 14 sites de la ville ; la page d’accueil orientant le visiteur vers les documents, interviews, vidéos, photos à 360° ou encore espaces thématiques à destination des enfants ou adolescents. Des «offres» qui se comptent par ailleurs par centaines dans le monde et que réunit la plateforme «Google Arts & culture» ; un projet lancé depuis près d’une décennie par le géant du web et qui trouve aujourd’hui plus que jamais tout son intérêt.
Le site réunissant en effet la collaboration de plus de 500 musées et institutions, à travers le monde, permet avec une simple recherche ou en suivant les propositions réunies par thème, histoire de l’art archéologie, science… l’accès à des visites en 3D des monuments des plus grandes villes, célèbres ou moins connues. n