Du gel provisoire de l’activité de production du charbon à l’interdiction des campings anarchiques dans les forêts et bien d’autres mesures, l’alerte semble être maximale et toutes les parties concernées sont sur le qui-vive.

PAR NAZIM BRAHIMI
Echaudées par ce qui s’est passé l’été précédent avec des incendies qui ont ravagé des forêts et causé la mort de nombreuses personnes, les autorités publiques à différentes échelles commencent à prendre des mesures de prévention allant dans le sens de la lutte contre les feux.
A mesure que les grandes chaleurs s’installent, c’est le branle-bas de combat de prévention avec l’espoir de ne plus vivre le cauchemar et le drame du mois d’août 2021, qui reste marqué dans les esprits avec la destruction de plus de 100 000 hectares au niveau de 21 wilayas et des pertes en vies humaines.
Du gel provisoire de l’activité de production du charbon à l’interdiction des campings anarchiques dans les forêts et bien d’autres mesures, l’alerte semble être maximale et toutes les parties concernées sont sur le qui-vive. Le là a été donné depuis une semaine par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural qui a annoncé la mise en place d’un dispositif opérationnel de mobilisation générale et d’alerte maximale de lutte contre les incendies de forêts. Ce dispositif, contenant des mesures à caractère organisationnel et opérationnel, vient dans un contexte de risque d’incendies de forêt récurrents pour le pays «avec un nombre de départs de feu en ascension graduelle, ces dernières années, et des conditions météorologiques assorties de vagues de chaleur», a-t-on expliqué.
Sur le plan organisationnel, le dispositif mis en place, en concertation avec l’ensemble des parties concernées, consiste en l’installation au niveau central de la Commission nationale de protection des forêts (CNPF) présidée par le ministre de l’Agriculture, composée de représentants de 13 ministères et 11 institutions nationales en relation avec la protection des forêts.
Cette commission nationale a pour missions d’arrêter et d’actualiser le plan de lutte préventive et active contre les feux de forêt, les parasites et les maladies affectant les forêts, d’assurer la coordination des actions des organismes concernés, de tracer, au début de chaque campagne, le programme aux commissions de protection des forêts de wilaya, de procéder, à la fin de chaque campagne, à l’étude et à l’exploitation du bilan final sur la base des rapports qui lui sont transmis par les commissions de wilayas.
A l’échelle locale, il a été procédé à l’installation de 40 comités opérationnels de wilaya pour la coordination des opérations et la mobilisation des moyens de lutte sur le territoire de chaque wilaya. Il y a aussi l’installation de 1 333 comités opérationnels communaux qui ont un rôle de coordination des actions de lutte, au niveau communal, en mobilisant les moyens nécessaires et la mise en place des 468 comités opérationnels de daïra qui coordonnent les opérations de lutte au niveau des communes placées sous l’autorité de chaque daïra et enfin l’installation de 2 353 comités de riverains qui jouent un rôle important dans la prévention des feux de forêt, la sensibilisation, l’alerte et la première intervention sur les foyers de feux.
Sur le plan opérationnel de lutte au titre de la campagne 2022, le dispositif opérationnel de mobilisation générale et d’alerte maximale de lutte contre les incendies de forêt a déployé 401 postes de vigie destinés à la surveillance et à l’alerte, avec un effectif de 960 agents, 513 brigades mobiles avec un effectif de 1 017 éléments chargés de la première intervention, 1 019 chantiers d’intervention avec un effectif global de 9 481 ouvriers et 3 261 points d’eau situés en forêt ou à proximité pour l’approvisionnement des camions ravitailleurs et camions citernes feux de forêt légers.
Par ailleurs, les services de la Direction générale des forêts et les commissions de wilaya sont instruits à l’effet d’engager, dans l’immédiat, nombre de mesures d’urgence et d’alerte qui se traduisent par «la mise en œuvre d’une approche d’alerte précoce visant à informer et à maîtriser tout départ de feu de forêt, la réactivation des postes de vigie, l’intervention rapide pour se prémunir de toute propagation de feux de forêt…
Dans la même finalité et comme mesure d’accompagnement, il a été décidé de geler à titre provisoire l’activité de production du charbon, a fait savoir dimanche, le ministre de l’Agriculture, qui se réfère au plan national de prévention et de lutte contre les incendies de forêt pour la saison 2021-2022 «vu les risques d’incendies que présente cette matière dans les espaces forestiers». La même tutelle a mis en garde que «toute infraction à cette instruction expose son auteur à des sanctions, conformément aux textes juridiques en vigueur».
Pour leur part, les autorités de la wilaya de Khenchela ont pris une décision portant interdiction partielle et provisoire d’accéder aux espaces forestiers de toutes les communes de la wilaya, durant la période comprise entre le 1er juin et le 31 octobre 2022, a-t-on appris lundi auprès des services de la wilaya. De leur côté, les autorités de Blida ont décidé l’interdiction du camping anarchique au niveau des forêts de Blida et de l’exploitation des routes secondaires aménagées pour faciliter les interventions des agents de la Protection civile et de la Conservation des forêts en cas d’incendies. <