Le ministre de la Santé publique l’avait annoncé en éclaireur durant la journée du 11 mai, le Premier ministre l’a confirmé hier : les mesures de confinement sont reconduites à nouveau pour une durée de quinze jours supplémentaires.44

«Après consultation du président de la République, le gouvernement a décidé de prolonger le confinement sanitaire pour une durée supplémentaire de 15 jours à compter du 15 mai en cours», a déclaré Abdelaziz Djerad sur la chaîne de radio locale d’Oran où il s’est rendu pour une visite de travail qui la menée également durant la même journée à Relizane.
Pour expliquer la décision de son gouvernement de prolonger les mesures de confinement pour encore une quinzaine de jours, M. Djerad a eu cette phrase : «Nous ne sommes pas à la fin de l’épidémie» et que des efforts de prévention et de protection sont à accomplir pour espérer une sortie de la crise sanitaire. Néanmoins, il s’est montré optimiste et a parlé de «bon augure» quant à la probabilité de cette sortie durant les débuts du mois de juin prochain.
«Il est vrai que le nombre de cas est en augmentation (…), mais nous maitrisons cette épidémie et son évolution. Il y a des compétences qui y font face», a-t-il assuré en glissant quelques messages sur la nécessité d’avoir davantage de rigueur dans le respect du dispositif préventif mis en place depuis la déclaration de l’état d’urgence sanitaire dans le pays. «Si on veut en finir avec ce virus dans un futur proche, il faut mobiliser l’ensemble des Algériens et à tous les niveaux», a déclaré le Premier ministre lors d’une prise de parole à l’établissement hospitalo-universitaire d’Oran «1er novembre 1954», une des structures visitées par la délégation qu’il a conduite dans la métropole de l’Ouest algérien.
Il s’agit, selon M. Djerad, d’être davantage respectueux des règles préventives et de protection dans les lieux publics et les espaces commerçants notamment ; pour «vaincre» le nouveau coronavirus, c’est une «affaire de responsabilité individuelle et collective», a-t-il dit en préconisant la généralisation du port de masque dans les endroits jugés à risques de propagation du Covid-19. Quant à la disponibilité du produit, le Premier ministre a annoncé que «l’Etat va fournir 7 millions de masques de protection par semaine», alors que le ministre de la Santé a, pour l’impératif de vigilance, «exhorté la population à mettre des bavettes, même de fabrication artisanale, en respect des mesures de protection».

Un scénario catastrophe évité au pays
Dans un récit sur l’historique de l’épidémie dans notre pays, Abderrahmane Benbouzid a affirmé que l’Algérie a évité le pire grâce à l’adoption de protocoles de traitements efficaces et à la mobilisation de tous les secteurs confondus, à leur tête celui de la Santé. «Nous avons réussi. Vous avez tous réussi à éviter à notre pays un scénario catastrophe», s’est-il adressé au personnel soignant de l’EHU d’Oran. «Je vous rappelle les frayeurs que nous avons eues du spectre de l’Italie, des services de réanimation saturés, l’extrême taux de mortalité. Nous en sommes loin grâce à votre professionnalisme et dévouement exemplaires», a-t-il souligné.
Pour M. Benbouzid, l’Algérie est «dans une situation de maîtrise grâce aux différentes démarches entreprises et de protocole de traitement efficace, ainsi qu’à la mobilisation totale du secteur de la santé». «Les chiffres des nouveaux cas confirmés annoncés chaque jour pourraient inquiéter la population, mais c’est grâce à l’augmentation des sites de prélèvement (au nombre de 20 actuellement sur la plan national) que nous enregistrons beaucoup plus de cas que durant les premières semaines», a-t-il fait observer. A ses yeux, le plus important est le bilan des décès qui est à moins de 10 morts depuis quelque temps, et celui des personnes en réanimation qui est à moins de 20 personnes à l’échelle nationale, «alors que l’Etat a assuré 6000 lits de réanimation».<