En arrivant au Gabon, le président de la fédération sénégalaise de football, Augustin Gallois, disait que l’objectif de l’équipe était de passer le premier tour. Petit retour en arrière. Cela ne s’était plus produit depuis 2006. Lors de leurs trois dernières participations (2015, 2012, 2008) les Lions de la Téranga n’étaient pas parvenus à passer ce cap. En 2012, ils avaient subi trois échecs, terminant dernier de leur poule derrière la Zambie, la Guinée Equatoriale et la Libye. C’est donc fait et bien fait dès la deuxième journée. L’affaire a été pliée en moins d’un quart d’heure.


Le Zimbabwe a été submergé d’entrée et, constamment sur la défensive, a été contraint de parer au plus pressé. En cinq minutes, les Lions avaient déjà créé la panique devant le but de Tatenda Mkuruva. Frappe de Keita Baldé légèrement à droite de la cage (4’), Mame Biram Diouf, extérieur du petit filet (5’), tir à nouveau de Keita, contré (7’). La suite, chacun savait qu’elle allait arriver. Ballon perdu au milieu de terrain par le capitaine zimbabwéen Katsande. Récupération d’Henri Saivet qui lance immédiatement Keita sur le côté gauche. Un tir ou peut-être un centre, en tout cas le ballon échoue dans les pieds de Sadio Mané qui ne se le fait pas servir deux fois. Le Sénégal prend son envol (1-0, 9’). Et on n’a pas tout vu. Centre de Lamine Gassama, Mame Biram Diouf manque de peu la reprise (11’). Coup franc à vingt mètres de la ligne de but. Henri Saivet à l’exécution. Une perfection. Le ballon prend la direction de la lucarne (2-0, 14’). C’est fini. Le Sénégal est non seulement qualifié mais assuré de terminer en tête du groupe B, ce qui signifie, pas de changement pour son quart de finale. L’équipe restera à Franceville. Il restait quand même encore soixante-quinze minutes à jouer. Il y eut d’autres occasions pour le Sénégal surtout dans le dernier quart d’heure, quelques réactions des collègues de Khama Billiat, le joueur champion d’Afrique avec les Mamelodi Sundowns il y a deux mois. Mais le match était joué. Le Sénégal s’inscrit après ses deux premières sorties comme le plus sérieux client au titre continental. Encore que les matches à élimination directe sont autre chose.
On remarquera que le bilan des dix derniers matches du Sénégal est impressionnant : 9 victoires, 19 buts marqués, 3 encaissés. Et une seule défaite le 12 novembre à Polokwane face à l’Afrique du Sud (1-2). Si le Sénégal continue sur la lancée de ses deux matches, au Gabon, contre la Tunisie et le Zimbabwe, il peut envisager de finir en tête de sa poule qui réunit le Burkina Faso, l’Afrique du Sud et le Cap Vert, et valider son billet pour Russie 2018. Prochaine étape, lundi 23 janvier, contre l’Algérie. Il ne déplairait sûrement pas aux Lions de la Téranga d’accrocher à leur tableau de chasse les Fennecs. Au moins pour le fun.

Aliou Cissé veut la passe de trois face aux verts
Le sélectionneur de l’équipe sénégalaise de football Aliou Cissé a affirmé jeudi soir qu’il visait la victoire face à l’Algérie lundi prochain au stade de Franceville (20h00) dans la cadre de la 3e journée (Gr.B) de la Coupe d’Afrique des nations CAN-2017 au Gabon (14 janvier-5 février). «Nous allons aborder cette rencontre face à l’Algérie avec le même état d’esprit affiché lors des deux premiers matchs. Nous allons préparer cette rencontre de la même manière avec l’objectif de gagner», a indiqué le coach des «Lions de la Teranga» à la presse.
«Tout le monde attendait ce match face à l’Algérie, des rendez-vous qui ont été toujours indécis et palpitants. Sur la pelouse, il y’aura d’excellents joueurs des deux camps, je pense qu’on va assister à un beau match», a ajouté Cissé. Pour l’ancien international sénégalais, avoir des talents individuels n’était pas suffisant pour faire bonne figure dans une CAN.
«L’Algérie a pu le vérifier à ses dépens : avoir les meilleurs joueurs ne veut nullement dire qu’on est capable de dominer le continent. Au-delà de la qualité des joueurs, il faut un plus pour jouer au continent, c’est ce que j’essaye d’inculquer à mon équipe», a-t-il souligné. Revenant sur cette qualification, qui intervient 11 ans après la dernière en 2006 (Egypte), Cissé a encore une fois loué le mérite de ses joueurs. «L’essentiel est d’avoir gagné ce match important qui nous permet de passer au deuxième tour. Les joueurs ont fait preuve d’abnégation et de courage pour l’amour du pays. J’espère qu’on va pouvoir continuer dans cette voie», a-t-il poursuivi.n