La promesse a été tenue. Le dix-septième titre NBA des Los Angeles Lakers, qui leur permet de rejoindre les Bostons Celtics jusqu’à lundi franchise la plus titrée de la Ligue, a été décroché dans des conditions spéciales. Tant sur le plan sanitaire et une suite du tournoi jouée dans la bulle de Disney World en Floride que celui émotionnel, puisque ce sacre intervient quelques mois après le décès de Kobe Bryant, légende des Angelenos. Un épisode noir qui aura pesé dans ce parcours remarquable de LeBron James & cie vainqueurs en 6 matchs (4-2) du Miami Heat.

Deux ans, c’est le temps qu’il aura fallu à King James pour ramener les Los Angeles Lakers sur un trône qui les boudait depuis une décennie. Un large succès 106-93 contre les Floridiens pour boucler ce duel qui n’ira pas au « game 7 ». Même après un semblant de remontée entamée par un adversaire qui n’aura existé que pendant les matchs 4 et 5 grâce à un Jimmy Butler n’ayant pas pu tout faire tout seul. D’autant plus qu’en face, il y avait un team très compact, organisé et emmené par l’un des meilleurs basketteurs de tous les temps.

Habités par la Mamba mentalité
Les coéquipiers de « LJ23 » étaient déterminés et habités par une âme de Kobe Bryant omniprésente depuis janvier dernier quand il avait péri dans un accident d’hélicoptère en compagnie de sa fille «Gigi» et 7 autres personnes. Sur le plan personnel, le « King » est aussi devenu le premier joueur à décrocher trois trophées de MVP (il en compte quatre au total) des finales avec trois équipes distinctes. L’ancien sociétaire des Cleveland Cavaliers s’est adjugé la 4e bague de sa carrière en 10 finales disputées.
Pour le natif de l’Ohio, être couronné avec trois teams différents est une performance remarquable qui peut lui conférer une place très spéciale dans l’histoire de la NBA. Replacer les « Mauve et Or » sur la devanture du basketball US, c’était ce qu’il était venu faire. « Je l’ai dit à Jeanie [Buss, la propriétaire des Lakers] quand je suis arrivé ici : je vais remettre cette franchise à sa place »,a-t-il remémoré.

Jordan sent le souffle de James
Celui que beaucoup comparent souvent à Michael Jordan estime que « C’est une franchise historique et en avoir fait partie est quelque chose que je pourrai raconter à mes enfants et mes petits-enfants, ils pourront dire que leur père a joué pour les Los Angeles Lakers. C’est comme jouer pour les New York Yankees ou les Boston Red Sox (MLB) et gagner, ou jouer pour les New England Patriots (NFL) et gagner un Super Bowl. Donc, pouvoir être champion avec une franchise historique est quelque chose, dont vous pouvez toujours vous rappeler, même si votre esprit vacille.»
Le clou du spectacle était son triple-double (28 points, 14 rebonds, 10 passes) dans la rencontre qui a acté la consécration pour rappeler à quel point il était important dans cette campagne. Pour James, « c’est l’un de mes plus beaux accomplissements. C’était très difficile. Nous étions coupés de nos repères et ça joue sur le corps et l’esprit », souligner-t-il.
A bientôt 36 ans, il vient d’écrire une nouvelle ligne dans un palmarès qui plaide pour lui. Jordan, qui a tout de même remporté le championnat à 6 reprises (soit deux couronne en plus) avec le Chicago Bulls, n’est plus imperturbable. Même si, pour beaucoup, le Bull est inégalable, le « Chosen One » peut, légitimement, se targuer de pouvoir s’asseoir à sa table et le regarder droit dans les yeux. n