Après un début de saison probant pour l’USM Alger sur le plan national en championnat et continental en Ligue des Champions CAF, le club est en train d’être rattrapé par ses soucis financiers. En effet, les joueurs ont décidé, à compter d’hier, le « gel de leurs activités (entraînements et participations aux rencontres nationales et internationales) jusqu’au règlement de la situation générale du club.» Démarche prise « suite à l’incapacité du club d’honorer ses engagements financiers.»

Le problème des salaires impayés a donc fini par rattraper la formation unioniste et Mohamed Lamine Zemmamouche & cie ne veulent pas continuer à jouer gratuitement. A plusieurs reprises, l’entraîneur Dziri Bilel avait réussi à convaincre ses poulains de se concentrer sur l’aspect sportif en attendant qu’ils soient régularisés dans un avenir proche. En vain.
Dans son communiqué publié hier sur la page officiel Facebook, la cellule de communication usmiste a tenu à rappeler que « le compte bancaire de la SSPA USMA demeure bloqué malgré les requêtes adressées à la justice par la direction du club » en indiquant qu’ « il est de même pour l’opération de cession des actions de l’ETRHB au profit du groupe Al Hayat Petroleum qui ne s’est toujours pas concrétisée pour des raisons qui dépassent les prérogatives de la direction de l’USM Alger.»
Les Usmistes sont dans une véritable impasse. Ce mouvement de grève intervient juste avant le début des choses sérieuses en Champions League CAF avec l’entame de la phase de groupes prévu le mois prochain. Cette protestation des « gars de Soustara » risque donc de causer des forfaits à la pelle si une solution n’est pas trouvée au plus vite. C’est un moyen de pression sur les autorités afin de trouver solution à ce blocage de la trésorerie.

Mécénat pour palier la crise
Pour ce qui est des salaires, il faut savoir que les signataires du sigle algérois n’ont plus perçu de mensualités depuis 7 mois. La crise a commencé avant même que le propriétaire du club, Ali Haddad, patron de l’ETRHB, n’aient des démêlés avec la justice et sois incarcéré. Par la suite, les comptes du chairman ont été bloqués et les choses ont empirés. On se souvient même d’une intersaison chaotique et une aventure en Ligue des Champions qui a failli capoter parce que l’équipe ne trouvait même pas de quoi payer le voyage au Niger pour jouer le tour préliminaire. Pendant ce temps-là, en solution d’urgence, les responsables de l’« Ittihad » n’ont pas hésité à faire dans le « mécénat » pour demander l’aide à tous les amoureux du team « Rouge et Noir » dans cette période délicate que traverse le club sur le plan économique : « la direction de l’USMA tient à interpeller l’ensemble de la famille usmiste afin de se mobiliser.
Toute personne capable d’intervenir, aider, financer ou apporter des solutions permettant au club de sortir de cette spirale insoutenable est la bienvenue au stade Omar Hamadi», pouvait-on lire dans le libellé. C’est le professionnalisme qui naît du bricolage et de l’agent de la délinquance. Le football algérien est plus que
jamais en pleine déliquescence.