La débureaucratisation et la facilitation de l’acte d’investir au niveau local, le traitement définitif des problèmes rencontrés au niveau des zones enclavées, ainsi que la révision des Codes communal et de wilaya sont, entre autres, parmi les principales instructions données par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, dans son allocution à l’occasion de la réunion gouvernement – walis.

PAR INES DALI
Cette rencontre périodique, qui s’est ouverte, hier, au Palais des Nations à Alger pour une durée de deux jours, se tient sous le sous le slogan «Promotion de l’économie nationale et développement local». Organisée par le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, la réunion gouvernement – walis a inscrit au débat trois thèmes, à savoir le «rôle du wali dans le développement économique local», le «nouveau cadre juridique pour améliorer le climat des investissements», et «la réforme financière et la fiscalité locale».
Les Code relatif à la gestion des affaires locales ayant besoin d’un véritable lifting, le prédisent Tebboune a donné instruction pour la mise sur pied d’«une commission pour la révision des Codes communal et de wilaya», et ce, dans «les plus brefs délais».
Donnant un aperçu de comment il conçoit l’année prochaine pour le développement des wilayas sur le plan économique, le Chef de l’Etat a affirmé «l’année 2023 sera celle de la fin des problèmes bureaucratiques pour les investisseurs». La bureaucratie installée dans les administrations, décourageant l’acte d’investir par des pratiques à maintes reprises dénoncées, ne devrait, désormais, plus être tolérée. Dans ce cadre, le président Tebboune a donné instruction aux walis de faciliter la voie aux investisseurs et d’ouvrir des canaux de communication également avec le médiateur de la République. Ainsi, les walis ont été instruits de «reprendre les prérogatives» qui sont les leurs, de «libérer les initiatives», et d’«éloigner toutes les contraintes» qui pourraient faire fuir les potentiels investisseurs. C’est cela qui aidera à «encourager l’investissement au niveau local».
Ce sont autant de mesures dont le but n’est autre que «d’améliorer les conditions de vie des populations au niveau local», a affirmé le Président, estimant qu’il faudrait avoir «des rencontres périodiques avec le médiateur de la République» afin de faire le point notamment sur les problèmes qu’ils pourraient rencontrer ainsi que ceux des investisseurs. Enchaînant sur cette lancée, il est revenu sur le sujet des zones enclavées, appelées également «zones d’ombre».
C’est un dossier que le Chef de l’Etat souhaite voir «définitivement clos d’ici la fin de l’année en cours ou au début de l’année prochaine». Dans ce sens, il a fait savoir que les problèmes rencontrés au niveau de ces zones ont été réglés à hauteur de 80% environ, depuis la première rencontre gouvernement – wali qu’il avait ouverte en février 2020 après son investiture, et dans laquelle il avait insisté sur la prise en charge des préoccupations des habitants des zones reculées, après la diffusion d’images désolantes sur leur vécu quotidien. «Protégez-vous en aidant les pauvres», a-t-il affirmé à l’adresse des walis. «Nous sommes un Etat qui prône l’égalité, nous sommes une République démocratique et populaire. La démocratie nous oblige à prendre soin de tous les citoyens, hommes et femmes», a-t-il ajouté, rappelant aux walis la mission première dont ils sont investis et qui est d’être au service du citoyen.
«Nous avons restitué les pouvoirs au wali par un décret présidentiel, car il est le seul responsable de sa wilaya… Aussi, nous encourageons les walis à prendre des décisions visant à éliminer l’injustice envers les citoyennes et des citoyens», a ajouté M. Tebboune.
Le président de la République a également tenu à citer la Société nationale de l’électricité et du gaz, Sonelgaz. Il lui a, ainsi, adressé ses remerciements pour avoir déployé d’énormes efforts afin d’alimenter les villages et autres localités en gaz naturel et en électricité.
Par ailleurs, le Président a réitéré la décision annoncée l’été dernier, à savoir la révision des salaires, des pensions de retraites et de l’allocation chômage. Une mesure prise dans le cadre de la loi de finances 2023 et qui qui entrera en vigueur à partir du début de l’année prochaine.
La réunion gouvernement – wali sera clôturée aujourd’hui par l’émission des recommandations des trois ateliers. Elle représente une opportunité pour dresser le bilan de ce qui a été réalisé et établir une évaluation exhaustive du précédent exercice, tout en remédiant aux lacunes et aux imperfections enregistrées et ce, afin d’atteindre les objectifs assignés dans le sillage de l’instauration de nouvelles règles de gouvernance liée à la relance de l’investissement et à l’adaptation des programmes de développement locaux.
Elle constitue, également, une étape pour évaluer l’action du gouvernement et la mise en œuvre d’une feuille de route pour le suivi des résolutions prises lors de la précédente rencontre, sanctionnées par 182 recommandations.
Elle intervient rappelle-t-on, quelques jours après le remaniement du Gouvernement opéré par le président de la République ainsi que le large mouvement dans le corps des walis, ayant touché 26 wilayas et 3 circonscriptions administratives pour insuffler un plus grand dynamisme et davantage d’efficience à la gestion des collectivités locales. n