Le Syndicat des inspecteurs de l’Education nationale (Sien) s’alarme du recul des filières mathématiques et maths techniques dans les lycées et préconise des mesures afin d’inciter les élèves à s’intéresser à ces filières en régression depuis des années.
Dans une correspondance adressée au ministère de l’Education nationale à propos de l’enseignement des filières technologiques et des problèmes que rencontrent les nouveaux bacheliers des filières mathématiques et math techniques, lors des inscriptions et de l’orientation universitaires, le Sien alerte sur une situation «en déclin continu» de ces filières dans les établissements d’enseignement secondaire. «Un recul en nombre et qualité des élèves orientés vers ces filières», indique le syndicat pour qui «la promotion de ces filières est devenue un enjeu gouvernemental comme l’avait plaidé le président de la République lors d’une réunion du Conseil des ministres le 3 février dernier».
Cette organisation syndicale estime que le sort réservé au titulaire d’un bac de ces filières a amené les élèves à s’abstenir de s’orienter vers ces filières. Elles attirent moins d’élèves et les titulaires d’un bac de la filière sont marginalisés, citant à titre d’exemple leur non-priorisation dans l’accès aux écoles supérieures. «Cette situation conduira à l’abstention des élèves dans l’orientation vers ces filières», estime le syndicat qui rappelle que le taux d’accès à l’enseignement technologique est actuellement à 15,8%, alors que la moyenne mondiale est de 30%.
Le syndicat pointe un doigt accusateur vers les directions de l’éducation qui n’ont pas appliqué les différentes directives de la tutelle liée à l’orientation des élèves de la première année secondaire et l’élargissement du taux d’accès à ces filières.
«Le ministère de l’Education avait pris des mesures et procédures pour remédier au faible taux d’orientation vers les filières technique et mathématiques, mais elles ne sont pas appliquées», regrette le syndicat.
Le Sien a suggéré une série de mesures urgentes et incitatives afin d’encourager les élèves à s’orienter vers ces filières, comme la possibilité de rejoindre les spécialités demandées largement comme celles de médecine et de pharmacie dans les universités, la priorité d’accès aux écoles supérieures de l’informatique et technologiques.
Le syndicat préconise également l’activation des centres d’orientation scolaire et professionnelle et l’organisation de campagnes de sensibilisation et d’information en direction des élèves et de leurs parents sur l’importance de la filière.
Il demande au ministre de l’Education de revoir avec son homologue de l’Enseignement supérieur la circulaire concernant l’orientation des nouveaux bacheliers.