Les incendies de forêts enregistrés depuis lundi à travers le pays, notamment dans la wilaya de Tizi Ouzou, sont d’origine “criminelle”, a affirmé le directeur général de l’Agence spatiale algérienne (ASAL), Azzedine Oussedik, soulignant que ces feux ont été “tous enregistrés à proximité des routes”.

M. Oussedik, qui était jeudi l’invité du journal de 19h00 de Canal Algérie, a fait remarquer que les “départs de feu (Tizi Ouzou) sont tous à proximité des routes et des pistes, alors que depuis 2003 nous n’enregistrons que quelques feux sur ces endroits, soit 1/10, causés généralement par un mégot de cigarette ou bien suite à un barbecue. Et là c’est également un signe très important que ces départs de feu sont d’origine criminelle”.

Il a indiqué que dès le 9 août, date du début des incendies, l’Agence a mobilisé ses ingénieurs et ses équipes pour “programmer le maximum d’images satellitaires au-dessus des régions touchées essentiellement à  Béjaïa, Tizi Ouzou et Jijel comme première étape”.

“Nous avons également mobilisé des satellites internationaux pour identifier les lieux des départs de feux”, a-t-il ajouté, précisant que les incendies qui ont touché Tizi Ouzou sont concentrés, selon des satellites internationaux, au niveau du “sud-est de la wilaya, notamment dans les localités de Larabaa Nath Iraten, Aïn el Hammam et Béni yenni essentiellement”.

M. Oussedik a noté que l’Agence spatiale algérienne, qui suit depuis sa création en 2003 les incendies de forêts, a remarqué que “les départs de feux sont répartis un peu partout dans la wilaya, mais, cette fois-ci, ils sont localisés dans le sud-est de Tizi Ouzou connu par sa très forte concentration de la population et d’habitations”, précisant que “les espèces connues dans cette région sont très inflammables”.

Le DG de l’ASAL a également fait savoir que “trois feux ont été déclenchés en même temps à 11h08, à savoir à Aïn El Hammam, à Ouacif et au sud-est de la commune d’Azazga”.

Autre indice révélé par M. Oussedik “pour conforter l’hypothèse d’un acte criminel” est le déclenchement des feux dans les localités d’Aït Lahcene dans la commune de Béni Yenni, Azazga et Mizrana à 23h08.

“Les départs de feux à cette heure-ci est impossible sur le plan de la climatologie et des conditions”, a-t-il dit, relevant que les données de l’Agence ont été remis entre les mains des services compétents pour “les identifications futures et pour l’identification des auteurs de ces actes”.

Par ailleurs, M. Oussedik a estimé à 23.000 hectares les pertes au niveau de Tizi Ouzou, 6.500 hectares à Béjaïa et 1.800 dans la wilaya de Jijel.