Les élèves ont entamé les examens du 3e trimestre hier dimanche après un court trimestre. Les élèves, selon leurs parents, ont été négativement impactés sur le plan psychologique par la perturbation et la suspension des cours ainsi que le mode d’enseignement basé sur l’alternance de groupes empêchant l’achèvement du programme, adopté en raison de la situation sanitaire.
L’année scolaire touche à sa fin. Les élèves des trois cycles ont entamé les examens dimanche. Le troisième trimestre s’est déroulé dans la sérénité, mais dans des conditions particulières depuis le lancement de l’année scolaire L’enseignement se fait par mode d’alternance de groupe et les cours ont été suspendus pendant plusieurs semaines suite à la propagation de la Covid-19 dans le milieu scolaire. Une situation qui a suscité l’inquiétude des parents et des syndicats qui ont soulevé le problème du retard accusé dans l’exécution des programmes. Le taux d’avancement diffère, en effet, selon le partenaire social d’un établissement à un autre.
Les parents d’élèves exigent la réforme du programme et dénonce la baisse du niveau scolaire, de la qualité de l’enseignement et autres dysfonctionnements qui entravent d’atteindre l’objectif d’une « Ecole publique de qualité ». Ces derniers ont plaidé pour le placement du secteur de l’éducation comme secteur de « souveraineté nationale » pour éviter les perturbations et le blocage du système éducatif et permettre ainsi aux élèves, notamment, de classes finales, de poursuivre normalement les cours. n