Après l’Allemagne, l’horizon se dégage pour les autres championnats majeurs en Europe comme l’Italie, l’Espagne et l’Angleterre. La reprise post-coronavirus est prévue pour début juin au Royaume et les voyants commencent tous à passer au vert.

Liverpool va, assurément, pouvoir acter le 19e sacre de son histoire dans le championnat anglais. Le tout premier en Premier League qu’elle n’a jamais gagnée étant donné que la nouvelle formule a été adoptée en 1992. Suspendu à la 29e journée, le challenge devrait se poursuivre le mois prochain. Reste désormais à fixer une date définitive pour donner le coup de reprise.
La distanciation a été l’exigence principale pour pouvoir reprendre le chemin des entraînements la semaine passée, le 19 mai plus exactement. C’était par des petits groupes. Désormais, le spectre commence, quelque peu, à s’élargir puisque les ateliers collectifs ont été autorisés par les autorités. «Cette nouvelle directive constitue la dernière phase en date d’un retour précautionneux à l’entraînement pour les sportifs de haut niveau, destiné à limiter les risques de blessure et protéger la santé et la sécurité de toutes les personnes impliquées», a indiqué le ministre des Sports du gouvernement britannique, Nigel Huddleston. Ce dernier a aussi assuré que le gouvernement «travaille pour un redémarrage du sport professionnel à huis clos dès lors qu’il pourra se faire en toute sécurité.»
12 ou 19 juin comme dates éventuelles
Chez les acteurs principaux du football, notamment les joueurs et les entraîneurs, les avis divergent pour ce qui est de ce scénario qui permettrait le retour à la compétition. Il n’y a pas une date définitive de fixée. Cependant, les 12 et 19 juin sont évoqués comme éventualités. Du côté des décideurs, Richard Masters, patron de la Premier League, a indiqué, vendredi dans un entretien à la BBC, être «aussi confiant qu’on peut l’être» pour que l’épreuve footballistique reprenne.
Pour lui, «c’est super pour tout le monde, y compris les supporters, de voir nos joueurs de retour sur les terrains.» Pour mener la saison 2019-2020 à terme, beaucoup de paramètres sanitaires ont été considérés. Richards note que lui et les autres responsables n’auraient «pas pris ce premier pas d’un retour à l’entraînement si (elle n’était) pas convaincue d’avoir créé un environnement très sûr pour (les) joueurs». Comme précaution principale, il y a eu un dépistage massif dans le football circus. 748 échantillons, appartenant à des joueurs et les membres de l’encadrement des 20 équipes du palier suprême en Angleterre, ont été analysés. Six cas positifs ont été recensés. Rien d’alarmant. Les conditions semblent idoines pour revoir, de nouveau, les Mahrez, Sané, Salah, De Bruyne, Özil et les autres à l’œuvre. Cela devrait aussi donner un signe positif pour que le monde reprenne le cours d’une vie «normale» après avoir affronté une des pandémies les plus marquantes de l’histoire. n