Les dispositifs de pré-emploi (temporaires) relevant du secteur du Travail et de celui de la Solidarité nationale seront unifiés avec des contrats à durée indéterminée, à la faveur de l’instauration de l’allocation chômage, a indiqué mercredi le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Youcef Chorfa.

Intervenant sur les ondes de la chaîne 3 de la Radio nationale, M. Chorfa a précisé qu'”il y a actuellement deux dispositifs qui sont opérationnels et fonctionnels, à savoir le dispositif d’aide à l’insertion professionnelle (DAIP) et le dispositif d’activités d’insertion sociale (DAIS) qui vont être unifiés pour être remplacés ou reconvertis graduellement par un dispositif consistant en la mise en place de contrats à durée indéterminée, inscrits au niveau de la Fonction publique, et ce à la faveur de l’instauration de l’allocation-chômage”.

Il a expliqué que le DAIP concerne les diplômés et non diplômés, dont plus de 47% bénéficient déjà de postes définitifs au niveau des administrations, alors que le reste le seront au courant de cette année ou au début de l’année 2023, précisant que ce dispositif d’emploi temporaire devrait disparaitre début 2023.

Pour ce qui est du DAIS, il concerne les personnes en situation de précarité sociale qui sont dans des postes temporaires, a relevé le ministre, citant les exemples notamment des femmes de ménage dans les cantines scolaires, le personnel dans les structures de nettoiement et certains employés au niveau des guichets qui perçoivent moins de 6 640 DA et qui ne bénéficient que d’une couverture de santé.

Il a expliqué que les contrats des personnes inscrites au DIAS “vont être reconvertis à la faveur d’un relèvement de salaire avec 6 900 DA en plus par mois, en sus d’une prise en charge au niveau de la CNR (Caisse nationale des retraites)”, précisant que le DAIS (dispositif géré par le ministère de la Solidarité nationale) devrait disparaître d’ici juin prochain.

Pour ce qui est de l’allocation-chômage, dont le montant est de 13 000 DA, il a rappelé que pour en bénéficier, le chômeur primo-demandeur d’emploi doit remplir plusieurs conditions, à savoir être titulaire de la nationalité algérienne, résident en Algérie et âgé entre 19 et 40 ans, être inscrit comme chômeur primo-demandeur d’emploi auprès des services de l’ANEM depuis au moins six (6) mois, ne pas disposer d’un revenu, quelle que soit sa nature, justifier sa situation vis-à-vis du service national et ne pas être inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur ou de formation professionnelle.

Il ne doit pas également avoir déjà bénéficié des dispositifs publics de soutien à la création et à l’extension d’activités, d’aide à l’insertion professionnelle et d’aide sociale ou inscrit à la CNAS ou à la CASNOS.