Les délégués du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) rencontreront, aujourd’hui à 13H, le ministre de la Santé, Mokhtar Hasbellaoui, au siège du ministère, pour un nouveau round de négociations.

Les représentants du Camra soumettront au premier responsable du secteur les contre propositions au compte-rendu du ministère qui a sanctionné leur dernière rencontre le 1er du mois en cours.
Avant ces retrouvailles, l’ensemble des résidents ont été consultés et associés à la préparation de la plateforme des contre propositions, nous a indiqué Hamza Boutaleb, représentant du Camra. L’opération a donné lieu à un vote qui a déterminé les points à exposer au ministre aujourd’hui, a souligné M. Boutaleb. Précisant que la liste des contre propositions, finalisée dimanche, comporte plusieurs points qui « corrigent les anomalies observées dans le compte-rendu de la rencontre du 1er avril ». Pour rappel, ces points ont été exposés par les délégués du Camra lors d’un point de presse, tenu vendredi dernier au siège du SNPSP à Alger, à travers lesquels les médecins résidents insistent sur le respect des conditions de la réunion, en exigeant la présence d’un greffier qui notera tous les engagements qui y seront pris. Ils réclament aussi un procès-verbal sanctionnant ce type de rencontres et obligeant les deux parties à respecter leurs engagements et à les appliquer sur le terrain.
Par ailleurs, les résidents demandent la levée de l’ambiguïté des propositions du ministre à propos du service civil. En effet, cette revendication principale n’a pas été satisfaite par la tutelle. Concernant le service national, les résidents ont dénoncé l’absence du ministère de la Défense nationale. Ils ont, par contre, salué les efforts de Hasbellaoui qu’ils jugent néanmoins encore « insuffisants ».
Parmi les points qui seront revus avec le ministre lors de la réunion d’aujourd’hui figure celui relatif au statut particulier du résident qui reste « flou », selon le Camra et dont la révision a reçu l’accord du premier responsable du secteur il y a dix jours.
Les résidents vont mettre également le point sur la revendication relative aux 29 spécialités non concernées par le service civil, à l’exemple de la pharmacie et de la chirurgie dentaire. Le ministre s’est engagé à leur offrir des postes d’emploi pour les « sauver » du chômage, mais cette promesse n’est valable, selon les résidents, que pour l’année 2018.
Pour rappel, le ministre de la Santé avait réitéré samedi dernier depuis Biskra que la « porte du dialogue » est toujours ouverte. « Les portes de son département demeurent toujours ouvertes aux médecins résidents pour débattre de leurs préoccupations », avait-il dit à propos rappelant avoir rencontré le 1er avril dernier les représentants du Collectif des résidents pendant toute une journée.
Il avait également exprimé son incompréhension d’autant, a-t-il soutenu, que «les participants ont été convaincus des résultats de la rencontre.
Toutefois après 48 heures, ces participants avaient déclaré que des points demeuraient ambigus ». Raison pour laquelle « nous avons décidé de les rencontrer de nouveaux pour discuter ces points à éclaircir pour eux et qui ne m’ont pas été communiqués », a ajouté M. Hasbellaoui.
En attendant de voir ce qu’apportera la réunion de ce 10 avril entre le Camra et la tutelle, les médecins continuent leur grève et maintiennent le boycott de la session de rattrapage de l’examen du DEMS programmée jusqu’au 12 avril.