Le nombre de cas confirmés de coronavirus (Covid-19) est reparti à la hausse durant les dernières vingt-quatre heures. Il a grimpé à 127 nouveaux cas, contre 119 cas la veille et 117 cas l’avant-veille. Le nombre de décès a légèrement baissé, passant à 12 cas durant les dernières contre 14 cas la veille. Quant aux guérisons, leur nombre a lui aussi augmenté s’établissant à 128 personnes guéries contre 118 la veille, tandis que les personnes en réanimation ont enregistré une baisse avec 38 patients annoncées en soins intensifs contre 53 la veille.
Le bilan des dernières vingt-quatre dévoilé par le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus, Dr Djamel Fourar, démontre que les appréhensions exprimées aussi bien par le Comité scientifique que par le ministre de la Santé ne sont pas sans fondement. Les chiffres le prouvent tous les jours avec une hausse constante des personnes positives au Covid-19.
Depuis l’apparition de la pandémie de coronavirus le 25 févier dernier dans le pays, le total des cas confirmés s’élève à 11.631, soit 26 cas pour 100.000 habitants, celui des décès à 837 alors que le nombre des patients guéris passe à 8.324, a précisé Dr Fourar, lors du point de presse quotidien consacré à l’évolution de la pandémie de la Covid-19.
Les nouveaux cas de décès ont été recensés dans les wilayas de Batna avec 2 cas, Laghouat avec 2 cas également, ainsi qu’à M’Sila, Constantine, El Oued, Ghardaïa, Oran, Ouargla, Mascara et Bejaïa avec un cas de décès chacune, a détaillé Dr Fourar, notant que «les personnes âgées de 65 ans et plus représentent 66% du total des décès».
Par ailleurs, 29 wilayas ont enregistré des taux inférieurs au taux national, alors que 11 autres n’ont recensé aucun nouveau cas positif au coronavirus durant les dernières vingt-quatre heures. Le nombre de patients ayant bénéficié du protocole de traitement à base
d’hydroxychloroquine s’est élevé à 24.941, dont 9.955 cas confirmés selon les tests virologiques (PCR) et 14.986 cas suspects selon des indications de l’imagerie et du scanner, a poursuivi Dr Fourar.
Selon le Dr Fourar, c’est «la négligence et le non-respect des règles générales de prévention et du port obligatoire du masque, en tant que mesures essentielles pour protéger la société, qui ont favorisé, inévitablement, la propagation de l’épidémie», ce qui lui avait dire, la veille, que si cette situation persistait, certaines wilayas pourraient être mise de nouveau en confinement, sans toutefois citer de quelles wilayas il s’agit.
A la fin de son point de presse il a résumé la situation en soulignant que le manque de rigueur dans l’application des mesures de prévention est la principale cause de la hausse des cas de contamination, tout en appelant à une plus grande responsabilité individuelle et collective.<