Les élections des commissions nationales et de wilaya, chargées de la gestion des œuvres sociales de l’Education nationale, devaient être achevées hier. Trois syndicats avaient décidé de boycotter l’opération électorale par ce qu’ils qualifient de manque de transparence dans le processus, le mode de gestion et le détournement des fonds de ladite commission. Il s’agit du CLA, du Satef et des corps communs. «Le secteur contient 25 syndicats», dit M. Dziri. «Le mode de gestion des fonds des œuvres sociales a toujours constitué une pomme de discorde entre les syndicats du secteur», rappelle pour sa part M. Rouina , qui réclame une «gestion décentralisée de ladite commission pour plus de transparence». Une position que ne partage pas le président de l’Unpef. «Plusieurs syndicats réclament une gestion décentralisée, alors que c’est avec une gestion centralisée qu’on peut parvenir à la solidarité nationale dans le secteur», estime M. Dziri.
Pour rappel, l’Inspection générale des finances (IGF) a émis des réserves sur la gestion des fonds des œuvres sociales du secteur de l’Education nationale.