Par Mohamed Touileb
Visiteurs, affluence, audimat sur les chaînes TV, tous les chiffres viennent prouver que le Qatar a organisé une Coupe du monde très aboutie qui n’a rien à envier aux meilleures des 21 éditions qui ont précédé. Détails.
La crainte principale était que les 8 stades ayant abrité les 64 rencontres du Mondial sonnent creux. Mais ce n’était pas le cas. Le taux de remplissage a été estimé à 96,3%, comme l’a indiqué la FIFA hier. En outre, l’instance a recensé 3,4 millions de supporteurs. Ce chiffre est identique à celui de l’Agence qatarie QNA qui parle de 3 404 252 spectateurs exactement.
C’est tout simplement la troisième meilleure affluence dans un Mondial. Dans le détail, il y a eu 2 457 059 tickets vendus lors des matches de la phase de groupes, 411 609 aux huitièmes de finale, 245 221 aux quarts et 157 260 aux demies. Quant à la finale qui opposait l’Argentine et la France, 88 966 sièges étaient occupés. Le stade Lusail était plein à craquer. Pour ce qui est du total, il n’y a que la séquence 1994 aux Etats-Unis (3 587 538) et celle du Brésil en 2014 (3 429 873) qui ont connu une meilleure affluence.
Des chiffres records
Par ailleurs, 1,2 million de personnes sont venues d’autres pays pour assister au raout footballistique. Les autorités qataries ont assoupli les modalités d’entrées sur leur territoire à l’occasion de ce tournoi. Le Qatar a clairement mis à profit la CDM pour promouvoir le tourisme interne et présenter son pays sous son meilleur jour. Aussi, sur le plan médiatique, le «blackout» décidé par certains médias «légers» n’a pas été suivi. L’ampleur de l’événement a prédominé tant les pertes auraient été colossales pour les différents organes. Les chaînes TV ont enregistré des audiences sans précédent.
Ainsi, TF1 (France) a annoncé qu’elle a connu un pic à 29 millions de téléspectateurs lors de la finale entre la France et l’Argentine. Le foot a été plus fort que le boycott. n