Le temps du confinement total comme mesure de prévention contre l’avancée du coronavirus n’a pas encore sonné, a déclaré mardi le président de la République Abdelmadjid Tebboune, qui n’a pas moins promis la «fermeté» contre les comportements allant à contre-sens de la discipline qu’exige l’urgence sanitaire que vit le pays, à mesure que le nombre de personnes atteintes par le virus augmente.

S’exprimant dans une entrevue avec trois représentants de médias privés, dédiée à la situation sanitaire du pays, le chef de l’Etat a écarté, du moins pour le moment, tout recours au confinement total, recommandant un surcroît de «discipline» de la part des citoyens. Estimant que «le respect des mesures préventives permettra de traverser calmement cette crise».
Il s’est montré cependant «intransigeant» à l’égard des citoyens qui se rendraient dans l’espace public sans besoins nécessaires. Annonçant un traitement strict à l’égard des auteurs de comportement de ce genre, il réitère son appel à un plus de discipline, regrettant que cette valeur manque dans le comportement des Algériens.
Le président de la République a rassuré dans ce sens sur les capacités de l’Etat à faire face à cette situation d’urgence évoquant des moyens qui «ne sont pas encore utilisés» dans cette guerre contre le Covid-19.
Vacances prolongées pour l’éducation et l’université
Interrogé sur les réponses apportées par les autorités depuis l’annonce du coronavirus en Algérie, le premier magistrat du pays a nié l’existence d’une réaction tardive, déclarant que l’Algérie «avait été parmi les premiers pays à prendre des mesures face à la propagation de cette pandémie et ce, avant même les pays européens». Il a cité à ce propos «la fermeture des écoles, des lycées, des universités, voire même les stades en tant que mesure préventive». Il a annoncé, par la même occasion, que la reprise des cours dans les écoles, les universités et les centres de formation professionnelle n’aura pas lieu ce 5 avril, la mesure de fermer les établissements relevant de ces secteurs a été prolongée.
Une affirmation qui vient à point nommé pour de nombreux acteurs de ces secteurs qui s’interrogeaient sur le scénario prévu par les autorités publiques. Et c’est désormais le plan B déjà prêt au sein de l’Education nationale et de l’université à travers le passage vers l’enseignement à distance qui va s’accélérer. Dans le même registre des mesures décidées par l’Etat, le Président Tebboune a déclaré : «Dès l’enregistrement du premier cas de coronavirus, introduit par un ressortissant étranger, nous avons été les premiers à effectuer des contrôles aux niveaux des aéroports et des ports et à rapatrier nos ressortissants, notamment de Wuhan (Chine), et à les placer en quarantaine.»
S’agissant des voix critiques, selon lesquelles l’Algérie a tardé à prendre des mesures préventives contre la pandémie, M. Tebboune a déclaré que «ces allégations procèdent d’une virulente attaque contre l’Algérie», désignant «des parties qui ne digèrent toujours pas la stabilité dont jouit notre pays».
Pour ce qui est des chiffres que communique quotidiennement le professeur Fourar sur les cas enregistrés, le Président Tebboune a soutenu que l’Etat «n’a rien à cacher concernant cette épidémie», rassurant que «la situation est sous contrôle».
«Nous disposons des moyens permettant de faire face à la pandémie, même en phase 5, d’autant que les capacités de l’Armée nationale populaire (ANP) n’ont pas encore été utilisées», a-t-il souligné.
100 millions de masques de Chine
En plus de ce qu’il a évoqué comme mesures et moyens de lutte contre le Covid-19, le chef de l’Etat a fait part d’une commande passée avec le gouvernement chinois pour l’acquisition de 100 millions de masques chirurgicaux et 30 000 kits de dépistage, précisant que la réception est prévue «dans trois à quatre jours».
Pour ce qui est des capacités financières mobilisées, M. Tebboune a rappelé «l’affectation, dans un premier temps, de 370 mds de centimes pour l’acquisition de moyens de prévention et la réalisation de travaux d’aménagement et autres, puis de 100 millions USD, citant par ailleurs une proposition d’aide de 130 millions USD de la part la Banque mondiale (BM) et le Fonds monétaire international (FMI).
Dans le chapitre finances, le Président Tebboune a indiqué que les réserves de change de l’Algérie s’élevait à 60 mds Usd alors que la facture d’importation des produits alimentaires ne dépasse pas les 9 Mds USD annuellement», a-t-il assuré, estimant que «l’on ne peut donc parler de pénurie de produits alimentaires».
Par ailleurs, le chef de l’Etat a répondu aux «informations, selon lesquelles l’équipe médicale chinoise envoyée en Algérie aurait été orientée vers l’hôpital militaire d’Aïn Naâdja», estimant que «notre institution militaire compte des milliers d’experts médicaux et paramédicaux et qu’elle ne nécessitait aucune aide médicale extérieure. Les médecins spécialistes et les infirmiers de l’institution militaire vont apporter leur soutien aux hôpitaux civils pour faire face à cette pandémie».
Prime exceptionnelle pour le corps médical
Le chef de l’Etat a également rendu un hommage appuyé au corps médical engagé en premières lignes dans cette lutte contre la propagation du virus, notamment ceux exerçant dans la wilaya de Blida. Il a annoncé, dans ce sens, avoir signé un décret, qui prend effet à compter du 15 février 2020, instituant l’octroi d’une prime exceptionnelle au profit des personnels des structures et établissements publics relevant du secteur de la santé, mobilisés dans le cadre de la prévention et de la lutte contre la propagation du coronavirus. Décidée pour une période exceptionnelle de trois mois renouvelables, cette prime est servie forfaitairement à raison de 10 000 DA pour les personnels administratifs et de soutien, 20 000 DA pour le personnel paramédical et de 40 000 DA pour le personnel médical.
M. Tebboune a fait savoir que les catégories de bénéficiaires de cette mesure peuvent t être étendues à d’autres catégories de personnels mobilisés dans le cadre de la prévention et de la lutte contre la propagation du coronavirus.<