Les Jeux olympiques de Tokyo prévus initialement en 2020 ont été reportés «au plus tard à l’été 2021» en raison de la pandémie de coronavirus, a annoncé hier le Comité international olympique (CIO). Depuis la première édition en 1896, il s’agit du premier report des Jeux olympiques en dehors d’une période de guerre. La question n’était plus de savoir si les Jeux Olympiques allaient être reportés mais plutôt quand on apprendrait qu’ils le seraient. A priori, il ne faudra pas attendre quatre semaines, comme l’avait annoncé le comité international olympique. Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a pris les devants. Ce mardi et devant les caméras de la télévision nippone, il a expliqué avoir proposé au CIO et à son président Thomas Bach un report d’un an de la grande fête quadriennale. Bach a validé. «J’ai proposé de les reporter d’environ un an et le président du comité international olympique (Thomas) Bach a accepté à 100%», a-t-il déclaré.
Alors que la planète est globalement confinée et que le sport mondial s’est mis sur pause en raison de la crise du coronavirus, les Jeux Olympiques de Tokyo, dont la cérémonie d’ouverture devait se tenir le 24 juillet prochain, vont suivre le mouvement. La décision n’a pas encore été officiellement relayée par le CIO mais elle devenait inéluctable au vu de l’évolution de la pandémie et des prises de position de chacun. Des puissantes fédérations d’athlétisme et de natation US au Canada, qui avait d’ores et déjà annoncé n’envoyer aucune délégation au Japon, il devait intenable de respecter un calendrier également dénoncé par les athlètes.

Objectif 2021
La décision a été officiellement relayée par le CIO dans un communiqué publié dans la foulée. Au vu de l’évolution de la pandémie et des prises de position de chacun, elle devenait inéluctable. «La propagation sans précédent et imprévisible de l’épidémie a entraîné une détérioration de la situation dans le monde. Hier, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que la pandémie de COVID-19 «s’accélérait». Il y a maintenant plus de 375 000 cas enregistrés dans le monde et dans presque tous les pays, et leur nombre augmente d’heure en heure.» A partir ce constat, le Japon et le CIO ont pris la décision qui s’imposait : repousser les Jeux d’été. Repousser et non annuler, comme Shinzo Abe et le CIO l’ont conjointement annoncé. Repousser «au plus tard à l’été 2021», a même précisé le Comité National Olympique. Ce qui signifie que l’option automne 2020 était trop risquée et compliquée. Et que 2022, année des Jeux d’hiver de Pékin, ainsi que de la Coupe du monde de football, était un horizon trop lointain. La décision conjointe de ce report des Jeux Olympiques d’été est historique puisque, depuis 1896, aucune édition n’avait été repoussée ou annulée pour une raison autre qu’un conflit armé. Seules la première et la seconde Guerre Mondiale avaient forcé l’Olympisme à revoir ses plans. Cela avait été le cas pour Berlin 1916, Londres 1944 et… Tokyo 1940.n