Les dix sélections qualifiées pour les barrages de la zone CAF, en mars, sont connues. Il reste désormais à définir les 5 ultimes affiches avant de se qualifier en Coupe du monde 2022. Pour cela, il faudra attendre le 18 décembre prochain et le tirage au sort qui se tiendra à Doha (Qatar). Les 5 éventuels adversaires de l’équipe nationale sont le Ghana, l’Egypte, le Cameroun, la RD Congo et le Mali. Le seul avantage que les Verts ont pour ces difficiles barrages est qu’ils recevront chez eux au match «retour».
«La préférence ? Je n’en ai pas. Ça n’a pas d’influence sur le tirage. L’objectif sera la qualification quel que soit l’adversaire. On préparera bien la rencontre et on fera en sorte de se qualifier Inch Allah», c’est avec ces mots que Djamel Belmadi a répondu à une question sur l’équipe qu’il souhaiterait affronter lors des matchs barrages de mars.
La RD Congo en Burkina Faso bis
Le sélectionneur national a voulu, avec cette déclaration, assurer que ses protégés vont relever le défi peu importe l’adversité, lors de ce transit ultime vers le rendez-vous planétaire.
A vrai dire, compte tenu des potentiels rivaux qui se retrouvent dans le chapeau II, il n’y a pas d’équipe faible bien que certains peuvent penser que la RD Congo soit «prenable» dans une certaine mesure.
Ce serait ne pas avoir retenu la leçon de la phase de groupes avec ce Burkina Faso qui a pu poser d’énormes problèmes aux Fennecs.
Certes, le quatuor qui reste a un passif plus redoutable. Toutefois, le football se conjugue au présent. Et l’actualité dit que le Mali a laissé une grosse impression lors des 6 derniers matchs. Et ce, plus que les Ghanéens, les Camerounais ou les Egyptiens. En effet, le Mali a validé son ticket au bout de 5 sorties avec 11 buts marqués et -surtout- 0 encaissé. L’arrière-garde paraît solide et c’est un sacré atout sur une double confrontation.
Co-pire défense du tour d’écrémage
Si l’Algérie a eu une production offensive impressionnante en trouvant la faille à 25 reprises en 6 sorties, on relève que 22 ont été inscrites contre les modestes Djibouti et Niger. Ce qui rend le coefficient de cette performance mineur. Parallèlement, on peut noter que l’EN compte la pire défense parmi les 10 qualifiés pour la dernière étape.
Avec 4 buts encaissés. Seuls le Sénégal et l’Egypte ont craqué autant de fois. Même la RD Congo et le Cameroun, probables opposants, ont concédé moins (3) alors que la Tunisie et le Maroc ont respectivement vu leurs portiers aller chercher le ballon du fond des filets 2 et 1 fois dans l’ordre.
Tous ces chiffres montrent combien la mission en mars sera loin d’être une partie de plaisir. Les camarades de Riyad Mahrez devront retrouver leur imperméabilité et leur réalisme offensif qui ont permis leur avènement sur le toit de l’Afrique lors de la CAN-2019, en Egypte. Une maîtrise qui est plus que jamais vitale pour raviver la flamme des conquistadors.M. T.