Les 18es jeux méditerranéens ont débuté hier à Tarragone dans la province de Catalogne où la tension politique est retombée un tant soit peu en attendant probablement la prochaine crise à propos d’une indépendance qui partage toujours les Catalans entre pour et contre.

Considérée probablement comme la plus importante compétition omnisport après les jeux olympiques pour toute la région, les jeux méditerranéens ne semblent pas en tout cas en ces premiers jours susciter l’enthousiasme de la population de Tarragone ville touristique par excellence et qui rentre en effervescence six mois sur douze. Le mondial qui se déroule dans la lointaine Russie et dans lequel l’équipe d’Espagne est engagée avec de grandes ambitions semble avoir occulté cette compétition de l’omnisport des pays méditerranéens.
Les locaux parlent plus du mondial et des matchs de la Roja que des jeux méditerranéens et des sports olympiques qui se déroulent chez eux durant une dizaine de jours, engageant pas moins de 26 pays du pourtour méditerranéens. Il y a lieu d’espérer que l’intérêt pour ces joutes pourrait se manifester au fil des compétitions et les remises de médailles avec les hymnes des pays gagnants.
Lacunes dans l’organisation
Ici à Tarragone rien ne prouve qu’une compétition de cette envergure vient de débuter. A part quelques affiches ça et là, il est difficile de deviner que le sport en méditerranée est à la fête. Les chauffeurs de taxi savent qu’il y a «els jocs mediteranis», jeux méditerranéens en catalan, mais sans être dans l’enthousiasme que suscite souvent une manifestation sportive internationale. Des lacunes sur le plan de l’organisation sont également à déplorer notamment en ce qui concerne le transport des journalistes obligés de faire la navette entre les différents lieux de compétition qui se trouvent souvent à des dizaines de kilomètres entre elles. Au centre de presse à part quelques jeunes bénévoles qui font ce qu’ils peuvent il n’y a pas d’interlocuteurs pour aider les gens de la presse. Cette situation reste étonnante de la part d’un pays comme l’Espagne l’une des nations européennes les plus en avance notamment en matière d’organisation sportive. Les précédents jeux méditerranéens de Mersin en Turquie auront été de l’avis de confrères présents bien en dessus de ceux qui se déroulent aujourd’hui à Tarragone. Le centre principal de presse situé dans le palais des Congrès de Taragonne est doté du strict minimum. Pas de quoi faciliter le travail des médias et aucune compétition n’est retransmises sur l’unique écran de télévision qui diffuse les programmes usuels de la télévision locale.

Les U18 de football mal partis

L’Algérie a mal débuté cette compétition en concédant en football une large défaite face au pays organisateur l’Espagne 4 -1, ce qui hypothèque largement ses chances de qualifications.
Le comité d’organisation avait décidé de faire participer les sélections nationales de moins 18 ans pour la discipline football. Ce qui a causé un fort désagrément pour l’Algérie qui se préparait avec les U21 jusqu’à connaître à la dernière minute le changement effectués par des organisateurs. Les poulains du duo Salim Sebaa et Hocine Achiou payent probablement une préparation à la va vite face à des sélections qui se sont préparés durant des mois pour ce rendez-vous. Versée dans le groupe A composé de 3 nations, l’équipe nationale U18 ans aura à affronter mardi prochain la Macédoine au stade La Pobla de Mafumet. Le tournoi de football pour ces Jeux se résume à la participation de 10 nations réparties en 3 groupes.
Outre le groupe A, celui de l’Algérie, les deux autres groupes sont composés du Maroc, de l’Italie et de la Libye, pour le Groupe B et de la Turquie, la France, la Grèce et la Bosnie-Herzégovine, pour le Groupe C. Les organisateurs ont prévu de faire disputer, aux équipes éliminées, des matches de classement de la 5e à la 10e place. Les compétitions de ces 18e Jeux méditerranéens se déroulent dans 16 localités réparties dans la région de Tarragone qui verront durant, une dizaine de jours, se dérouler les différentes disciplines. L’Algérie participera dans 24 disciplines.n