L’histoire est terminée le soir d’un 29 mars quand l’Algérie a été surprise par le Cameroun lors match ‘‘retour’’ des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022. Le stade Mustapha-Tchaker, qui était la citadelle imprenable de l’équipe nationale, a vu les Verts battus et éliminés. Ceci n’était jamais arrivé en 43 matchs. Pendant des années, l’antre de Blida été comme un exutoire en dépit de sa «vétusté». Désormais, l’EN va déménager. Et elle ira dans l’Ouest du pays pour accueillir ses adversaires. Et ça sera dès juin prochain avec le début des éliminatoires de la CAN-2023 prévue en Côte d’Ivoire.

Par Mohamed Touileb
C’est aussi une manière de tourner la page et d’oublier la grosse désillusion infligée par les Camerounais. Désormais, Tchaker rappelle une sorte de traumatisme après avoir incarné l’invincibilité et l’état de grâce pour les «Fennecs». L’enceinte de Blida garantissait ce qui ressemblait à un «confort» mental en dépit du manque de commodités sur les lieux. D’ailleurs, Djamel Belmadi l’a relevé une ultime fois avant d’affronter les «Lions Indomptables».

Huit sélectionneurs ont défilé sur le banc
«Le choix de Tchaker? Ce sont les joueurs qui s’y sentent bien. On y a une série d’invincibilité, il y a un ensemble de paramètres qui ont permis que l’on s’y sente bien», expliquait le sélectionneur national. Néanmoins, il avait tenu à préciser que «ce n’est pas de la superstition. C’est surtout un feeling, on y a beaucoup de repères. Je suis surtout l’avis des joueurs, ce sont eux les principaux acteurs sur le terrain et c’est une demande de leur part». Cette envie était compréhensible puisque depuis 2008, la sélection y jouait fréquemment. Et on va retracer l’épopée à Tchaker avec ce premier match dans l’antre de la ville des Roses qui s’était tenu le 20 août 2002 sous les ordres du regretté Ahmed Zouba face à la RD Congo. Le match s’est soldé par un nul 1-1 contre la RD Congo.
En somme, 8 techniciens différents (Zouba, Leekens, Saâdane, Halilhodzic, Gourcuff, Rajevac, Alcaraz et Belmadi) se sont succédé sur le banc d’El-Khadra sans que l’un d’eux ne perde la moindre partie. Le bilan est de 36 victoires et 7 nuls et 1 défaite pour 119 buts marqués et 24 encaissés. Une copie qui aurait pu être parfaite sans cette déconvenue face au Cameroun qui vient faire tâche.

Les empreintes de Slimani et Gourcuff
Le chemin vers les filets, les «Guerriers du Désert» le connaissaient parfaitement. Spécialement Islam Slimani qui a fait mouche à 19 reprises. Aucun autre international ne fait mieux. Derrière lui, on retrouve Hillel Soudani (15 pions) puis le duo Sofiane Feghouli et Riyad Mahrez (14 unités). Avec un meilleur arbitrage de Bakary Gassama, Slimani aurait pu soigner ses stat’ et prolonger l’invincibilité des Dz sur les lieux. Mais ce ne fut malheureusement pas le cas.
Quant aux entraîneurs, Belmadi, était devant une belle opportunité de soigner son taux de victoires à Blida qui pouvait passer de 80 à 83.33% en cas de succès. Niveau bilans de sélectionneur, personne ne pourra égaler Christian Gourcuff qui a remporté ses 6 tests (100% de victoires) en inscrivant 25 réalisations et concédant
2 fois seulement. Après lui, on retrouve Vahid Halilhodzic et son taux de 90.9% dans 11 productions (25 buts marqués et 4 encaissés). Avec le Bosnien, il y a notamment eu le succès en barrage face au Burkina Faso qui a ouvert la porte du Mondial 2014.

Nouveau stade pour une nouvelle ère
Un autre coach mondialiste figure dans le top 3, il s’agit de Rabah Saâdane (87.5%). Certes, le ticket pour la Coupe du Monde n’a pas été validé à Tchaker puisque le match d’appui s’est joué à Omdurman (Soudan) face à l’Egypte. Néanmoins, le succès capital (3-1) contre les Pharaons était important pour se frayer le chemin vers l’Afrique du Sud. Cette fois, la destination sera le Qatar et la conquête d’un nouveau continent (Asie) après l’Afrique (Afrique du Sud), l’Amérique latine (Brésil).
Ces chiffres ne risquent plus de changer puisque la sélection ne devrait plus retourner sur les lieux. Le livre de Tchaker va être fermé pour de bon. Surtout que le parc stadier en Algérie va s’élargir avec la livraison des enceintes en finalisation. D’ailleurs, c’est dans l’écrin d’Oran que Bennacer & cie vont désormais se produire. Un nouveau stade pour une nouvelle ère. n