PAR INES DALI
La réunion gouvernement – walis s’est poursuivie, hier, pour le deuxième jour consécutif, en travaux à huis clos des trois ateliers portant, le premier, sur «le rôle des collectivités locales dans la relance de l’investissement», le second sur «la diversification des ressources financières pour un développement local» et le troisième sur «le rôle du wali dans le processus de développement économique local».
Entretemps, des walis ont fait quelques déclarations à la presse, dans lesquels ils ont valorisé la promesse de «la restitution par le wali des prérogatives» qui sont les siennes, mais aussi du fait qu’ils soient allégés de certaines autres afin qu’ils puissent se consacrer complètement au développement local dont ils ont la charge.
Plusieurs d’entre eux ont affirmé leur engagement à mettre en œuvre les directives du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, visant à mettre les collectivités locales au service du citoyen et de créer de la richesse.
C’est le cas du wali de Boumerdès, Yahia Yahiaten, qui a affirmé, dans ce contexte, que les directives données par le Chef de l’Etat à l’ouverture des travaux de la réunion «ont souligné l’impératif de mettre l’intérêt du citoyen au cœur de toute activité des collectivités locales», ajoutant que ces directives sont une «référence pour que les walis et les instances concernées par la chose publique prennent en charge les préoccupations du citoyen».
Le wali de Boumerdès, dans une déclaration à l’APS, s’est félicité de la volonté de l’Etat de revoir les Codes communal et de wilaya, soulignant que cet amendement «est nécessaire afin d’inclure de nouvelles clauses au service du citoyen, créer de la richesse et renforcer le rôle des collectivités locales et les prérogatives du wali, selon la démarche de l’Algérie nouvelle».
Pour sa part, le wali d’Adrar, Larbi Bahloul, a indiqué à la même agence que les directives du président de la République durant cette réunion visent «directement à résoudre les problèmes du citoyen et à créer de la richesse et des emplois». Les walis pourront également jouer «un rôle important dans l’éradication des disparités en matière de développement, en encourageant l’investissement public et privé», a-t-il ajouté.
D’autres premiers responsables des wilayas du Sud se sont exprimés dans le même sens, à l’image du wali d’El Ménéa Mokhtar Benmalek. Pour lui, les assurances données par le Chef de l’Etat ainsi que les recommandations qu’il a formulées se veulent «un feu vert pour les walis, afin de gérer les fondamentaux économiques, particulièrement dans le domaine de l’agriculture et de l’investissement». Il a soutenu que les amendements qui semblent être prévus dans la révision des deux Code communal et de wilaya, ont pour «objectif d’être au diapason du sursaut économique que connait l’Algérie, d’autant plus que la commune est appelée à contribuer à la création de richesses».
Quant au wali de Tissemsilt, Nahila Laaredj, il va au-delà du rôle de simple exécutif au niveau local. Il a souligné, cité par la même source, que «le wali est tenu de formuler une stratégie claire et globale au niveau local», qui repose sur «la collaboration avec tous les secteurs, en vue d’améliorer le cadre de vie du citoyen dans le respect des lois de la République et en application des recommandations du président de la République».
La séance de clôture de la rencontre gouvernement – walis sanctionnée par la lecture des recommandations des trois ateliers n’a pu avoir lieu que vers le début de soirée. Nous y reviendrons. n