Vainqueurs du Nigéria (1-0) vendredi dernier en Autriche, les « Fennecs » se mesureront à un adversaire au profil différent, mais tout aussi intéressant ce soir (20h) à La Haye (Pays-Bas). Au stade Car Jeans, l’EN croisera le fer avec le Mexique qu’elle n’a affronté qu’une seule fois dans l’histoire. C’était lors du tournoi « Mexico 1985 », qui a précédé la Coupe du Monde 1986 abritée par ce dernier, et qui s’est soldé par une défaite 2 buts à 0. Les « Aztèques » feront office d’un adversaire redoutable sachant qu’ils ont remporté 18 de leurs 19 dernières sorties. Un chiffre impressionnant, mais le tableau de chasse n’est pas vraiment flamboyant. C’est ce qu’on va détailler.


« Le Mexique est une équipe forte qui arrive en pleine confiance. Les joueurs sont déterminés avec des assurances par rapport à leur type de jeu et leurs résultats. J’aime bien ces équipes latino-américaines et centrales car elles ont un fort potentiel. C’est une équipe qui carbure à plein régime et qui a beaucoup de joueurs évoluant dans le championnat de MLS et en Europe », c’est l’appréciation de Djamel Belmadi, sélectionneur national, qui s’attend à un match difficile pour la seconde sortie dans la date FIFA d’octobre. Dans la forme, « El Tri » est à redouter. On parle d’une sélection qui a inscrit 51 buts et concédé 17 lors de ses 19 derniers tests. Le tout en sortant victorieuse à 18 reprises. A l’instar des « Verts », les Mexicains, sont sur une bonne dynamique quand on considère leurs résultats récents bruts. Les poulains de Gerardo Daniel Martino restent notamment sur 7 succès d’affilée. La courbe de performance présente beaucoup de similitudes avec celle de l’EN invaincue depuis 18 matchs maintenant (15 succès et 3 nuls).

Bilan trompeur
Toutefois, quand on jette un œil sur les adversaires que les huitième-de-finaliste des 7 dernières Coupes du Monde ont dominés, on se rend compte que leur bilan qualitatif peut duper. Les victimes sont, pour la majorité, de petit calibre et mal-logées dans le classement FIFA. On y recense le Guatemala (130e), les Bermudes (168e), le Panama (81e) et le Trinité-et-Tobago (104e) qui ont, logiquement, été battues en amical par l’équipe placée au 11e rang du ranking mondial.
En officiel et lors du tournoi de la Gold Cup, les Mexicains ont dominé Haïti (86e) en demies après avoir écarté le Costa Rica (46e au tirs au but en quarts). Dans la phase de poules de la messe CONCACAF, Raùl Jiménez & cie avaient fait le plein dans un quatuor composé de Cuba (179e), le Canada (73e) et la Martinique (pas classée car non-affiliée à la FIFA). C’est juste pour situer une performance impressionnante… en trompe-l’œil.

« El-Khadra » meilleure… sur papier
Néanmoins, pour donner des reliefs à la copie d’« El Tricolore », et dans le registre des oppositions significatives, on relèvera qu’elle a pris le meilleur sur l’Equateur (3-2/64e), le Venezuela (3-1/25e), le Paraguay (4-2/40e) et le Chili (3-1/17e). Il a fallu que les Argentins croisent leur route en amical pour enrayer la machine. L’« Albiceleste », n’a pas fait dans le détail lors des trois dernières confrontations argentino-mexicaines. Résultats des courses : deux succès par 2 buts à 0 et un cinglant 4-0 enregistré le 11 septembre 2019. Et Lionel Messi n’était même pas sur la pelouse.
Somme toute, les homologues de Raïs M’Bolhi, attendu comme titulaire, et ses camarades sont à prendre très au sérieux. Il faudra les respecter sans trop les surestimer ou penser qu’ils marchent sur l’eau. D’autant plus que l’Algérie est championne d’Afrique en titre et a pu signer une superbe série de résultats en évinçant des écueils comme la Côte d’Ivoire, le Nigéria et le Sénégal (par deux fois) lors de la CAN-2019 qu’elle a remportée en alignant 7 succès en 7 matchs. Ajoutée à cela la Colombie surclassée (3-0), il y a un an, en amical à Lille. Sur l’ensemble, les deux adversaires du soir se valent. Avec un petit avantage pour « El-Khadra », tout de même. En tout cas, le terrain tranchera. n