Y a-t-il un mot plus fort qu’inadmissible ? Parce qu’on en a besoin pour qualifier ce qui se passe avec l’équipe nationale, championne d’Afrique en titre, il faut le rappeler, dont les responsables n’ont pas établi le programme pour la date FIFA d’octobre. Une faillite organisationnelle qui pousse à se poser des questions sur les compétences au sein de la Fédération algérienne de football (FAF). Un épisode fragilisant pour le bureau de Zetchi qui donne le bâton pour se faire battre.

Un coup le Ghana, un coup le Cameroun, un autre l’Angola, on ne sait plus qui ou quoi croire. Un vrai flou et une véritable ratatouille dans la gestion. Jusqu’à aujourd’hui, les scénarios sont divers. On croit savoir qu’une explication avec l’Angola est programmée pour le 9 octobre au Portugal. Pour le deuxième test amical, les « Fennecs » pourraient affronter le Cameroun, qui sera opposé au Japon le 9 du même mois, aux Pays-Bas 3 ou 4 jours plus tard.
Cependant, cette seconde explication serait « infaisable » dans la mesure où les Autorités néerlandaises n’acceptent pas l’entrée des personnes en provenance de France, considérée comme zone rouge dans le plan de lutte contre le Coronavirus, sur leur territoire. Quand on sait que le staff technique, à sa tête Djamel Belmadi, et certains éléments des « Verts » doivent arriver en provenance du sol français, cela est préjudiciable.

Les caprices du Cameroun
Ainsi, les Camerounais se sont montrés disposés à jouer ailleurs. En Autriche ou au Portugal. Mais ils ont posé une condition. Et pas des moindres puisqu’ils veulent que la FAF prenne en charge les frais de déplacement et d’hébergement de toute leur délégation. C’est pour dire que l’instance fédérale devra mettre un sacré paquet pour s’assurer d’affronter « un cador africain » comme le sélectionneur national l’avait exigé.
En Autriche, il y a le Ghana, annoncé comme éventuel sparring-partner au préalable, qui croisera le fer avec le Mali le 9 octobre. Il serait mieux indiqué de caler un duel avec les « Black Stars » en se rendant en terres autrichiennes en partance du Portugal après avoir donné la réplique aux Angolais plutôt que se déplacer en Autriche en plus de payer les frais pour les « Lions Indomptables ».

Il fallait s’y prendre plus tôt
L’option Ghana n’était plus disponible. Cependant, il y a des échos qui disent que les « Black Stars » ne seront pas confrontés à la Guinée équatoriale pour le 13 octobre, car cette dernière a renoncé au rendez-vous. Un vide que notre équipe nationale pourrait exploiter.
Tout est donc conditionné par nombreux paramètres administratifs, économiques et sanitaires que les responsables de l’instance nationale de la balle ronde ne peuvent pas contrôler simultanément. Des restrictions qui nécessitaient de s’y prendre au préalable afin de pouvoir garantir une entrée de classe sereine pour Riyad Mahrez & cie. Un dossier dans lequel Zetchi et son équipe ont failli. Désormais, ils agiront dans l’urgence. Et dans cas pareils, on est en position de faiblesse pour négocier. C’est pour dire que ce regroupement coûtera cher pour pouvoir se tenir. n