Après d’énormes difficultés rencontrées pour trouver un adversaire et caser une rencontre amicale pour ce mois de juin, l’équipe nationale est tombée d’accord avec l’Iran. Les deux sélections s’affrontent aujourd’hui à partir de 19h à Doha. Une rencontre sur laquelle Djamel Bemadi mise beaucoup pour voir les nouveaux joueurs qu’il a retenus à l’œuvre. Le duel s’annonce très sérieux contre des Iraniens qui affichent de belles stat’.

Par Mohamed Touileb
Au début, ça devait être le Paraguay puis l’Afrique du Sud mais l’affaire a été conclue avec l’Iran. C’est difficilement que les «Verts» ont pu trouver un sparring-partner pour la date FIFA de juin et s’offrir un troisième match pour la fenêtre internationale en cours.

Opposant coriace
«Le déroulement en Europe de la Ligue des Nations et d’autres matchs officiels en Afrique rend compliquée l’organisation d’un match amical», explique Djamel Belmadi. Et à propos de ses homologues des jours, le coach de l’EN estime que «l’Iran est une équipe de grande qualité et qui joue un football très physique. Cela rend le match contre cette équipe très intéressant». Pour cette troisième sortie en l’espace de 8 jours, les «Fennecs» joueront face à une équipe qui est sur une courbe très intéressante. La «Team Melli» est qualifiée pour le Mondial qatari et réalise de bons résultats. Ils n’ont perdu qu’un seul de leurs 17 derniers tests. C’était en mars dernier contre la Corée du Sud avec 11 clean sheets au total.
Clairement, les protégés de Dragan Skočić semblent difficiles à bouger sur le plan défensif. Aussi, ils ont marqué au moins une fois lors de toutes leurs récentes sorties. C’est pour dire que le défi sera important pour les camarades d’Akim Zedadka. Le latéral droit, appelé pour la première fois dans la liste finale de l’EN, devrait avoir sa chance aujourd’hui. Au même titre que Kadri et Hammache qui n’ont pas joué la moindre minute face à l’Ouganda et la Tanzanie. Pour leur part, Benayad et Brahimi, qui ont grignoté un peu de temps de jeu lors des deux précédentes sorties (notamment pour le deuxième nommé), devraient avoir plus de minutes afin de montrer leurs qualités.

Zedadka, Hammache et Kadri à la loupe
Cette explication est loin d’être anecdotique. En plus de nous en dire un peu plus sur l’état de santé de notre sélection qui se remet de deux grandes désillusions (CAN et qualif’ en Coupe du Monde ratées), elle sera une mise en situation véritable pour les néo-Fennecs.
Surtout en l’absence de M’Bolhi, Mandi et Slimani qui ont été libérés après le match contre la Tanzanie disputé mercredi passé.
Dans les cages, on ne sait pas si Anthony Mandréa pourrait être aligné. Retenu pour la première fois par le coach de l’Algérie, le portier qui est en fin de contrat avec le SCO Angers n’a, selon nos informations, pas pu figurer sur la feuille de match lors contre l’Ouganda et la Tanzanie car son changement de nationalité sportive a connu un souci administratif. D’où son arrivée tardive pour le stage.