Le score est flatteur. Mais pendant une heure, l’équipe nationale s’est fait peur. Face au Niger vendredi, l’Algérie a alterné le franchement mauvais et le finish de qualité pour s’imposer 6 buts à 1 au coup de sifflet. La moitié des réalisations des «Verts» a été inscrite lors des 20 dernières minutes. Globalement, ils auront été moyens.

Par Mohamed Touileb
Il y avait des circonstances handicapantes. Notamment la pelouse qui les a longtemps empêchés de faire le jeu. Les «Fennecs» ont fini par réaliser l’essentiel : empocher les trois points et rester en tête de la poule «A» à égalité de points (7) avec le Burkina Faso, vainqueur 4 buts à 0 à Marrakech contre le Djibouti.

Avertis avant le déplacement à Niamey
Après la rencontre, le sélectionneur Djamel Belmadi a dit que «nous n’étions pas surpris de ce que cette équipe (Niger) était capable de proposer. Elle a les capacités de poser des soucis et c’est ce qu’elle nous a fait». Et ce n’était que la première manche entre les Algériens et Nigériens qui vont se retrouver dans deux jours à Niamey pour le compte de la 4e journée des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022.
A ce sujet, le coach de l’EN a déclaré que «nous sommes maintenant avertis avant le déplacement. On le sait, les conditions climatiques seront compliquées. Je ne vais pas parler du terrain du jour. D’ailleurs, c’est un autre sujet. En tout cas, mardi, il y aura un adversaire qui aura envie de prendre sa revanche. Je ne pense pas qu’ils pourront se qualifier donc ça sera une question d’orgueil».
Il faut dire que l’alerte était sérieuse face aux protégés de Jean-Michel Cavalli qui ont réussi à causer des problèmes aux «Guerriers du Désert». Ils les ont même fait longtemps douter avant que Riyad Mahrez ne débloque la situation d’un superbe coup franc à 30 mètres de la cage. Une véritable banderille venue éviter aux siens de se retrouver mal-embarqués sur un terrain qui ne facilitait clairement pas les choses pour une équipe qui veut faire le jeu comme notre sélection.

Un équilibre à retrouver
La production de Youcef Belaïli, dont l’entrée a été très utile pour dynamiser l’attaque d’«El-Khadra», & cie était très brouillonne. Les visiteurs sont même parvenus à marquer un but (celui du 2-1) qui pouvait faire douter les poulains de Belmadi. Toutefois, le flottement n’a duré que 10 minutes avant que Mahrez ne fasse, de nouveau, le break à la 60e minute sur penalty. Dans l’ensemble, les Dz ont «déjoué» les deux tiers de la rencontre et exceller lors de la dernière demi-heure pour prendre le large au score.
Pour Belmadi, «il faut rechercher un équilibre entre les temps faibles et forts. Mais on est la plupart du temps dominants». Tout est une question d’équilibre et d’œuvrer pour que l’excellence footballistique ne soit atteinte que par intermittence durant les rencontres.
Certes, depuis un certain temps, l’Algérie ne contient pas complètement ses adversaires.
Malgré ce manque de maîtrise, la série d’invincibilité se prolonge. On a déjà atteint la barre de 30 matchs sans revers. Concrètement, il y a de la constance même s’il y a un récent problème de consistance. L’essentiel sera de terminer leader du quatuor avant les barrages de mars et se donner le temps de faire les réglages nécessaires.