Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, a appelé, à partir de Tizi Ouzou, les Algériens et les Algériennes à aller voter en masse lors des élections législatives  du 4 mai prochain afin de « défendre le pays ». « Ce rendez-vous électoral est une fête pour l’Algérie.


Le citoyen doit être débout, bien déterminé et surtout qu’il ne recule pas pour préserver la -stabilité du pays », a indiqué, M. Bedoui, lors de sa visite de travail et d’inspection avant-hier. Ainsi, il a tenu à répondre à certaines personnes, qu’il a qualifiées de « minorité », qui veulent déstabiliser le pays et donner une mauvaise image de l’Algérie. « Le pays est plus grand que vos commentaires. C’est pour cela que je dirais que si le citoyen veut servir de leçon à ces détracteurs, il faut aller aux urnes en masse pour leur prouver que l’Algérie demeure unie et indivisible et bien déterminée à préserver ses acquis de l’unité territoriale », a-t-il insisté. D’après lui, ces parties minoritaires rêvent jour et nuit que l’Algérie se retrouve dans la même situation chaotique qui prévaut en Syrie. « Faites attention, grâce à ses hommes, au programme de la réconciliation nationale du président de la République et à ses institutions sécuritaires, l’Algérie restera debout. Ces détracteurs qui veulent déstabiliser notre image les portes de l’Algérie seront ouvertes pour leur prouver le contraire », a-t-il dit. Accompagné du wali Mohamed Bouderbali, le ministre s’est rendu au niveau du service de l’état civil de l’AP de Tizi Ouzou où il a mis l’accent sur la nécessité de rapprocher davantage le citoyen de son administration. Tout en appelant le citoyen à contribuer favorablement à la bonne gestion administrative. « Nous voulons faire de Tizi Ouzou, une wilaya pilote en matière de modernisation et un exemple de la démocratie participative, notamment quand on sait que les ingrédients de ces valeurs d’entraide et de solidarité existent au sein de la population de cette région. »
Par ailleurs, il a plaidé à la décentralisation des services biométriques au niveau des huit annexes que compte l’APC du chef-lieu pour que le citoyen se sente très à l’aise. « Nous allons délivrer, au mois de mars prochain, le permis de conduire à points biométrique et la carte d’immatriculation électrique, alors il faut qu’on s’y prépare ».
Dans le même sillage, Bedoui a affirmé que les applications de cette carte seront diverses, puisqu’elle servira au vote dans le prochain avenir. « Grâce au numéro national identifiant, le citoyen algérien ira aux urnes pour donner sa voix avec cette carte biométrique, comme cela se passe dans les pays occidentaux. Cela prouve que l’administration algérienne fonctionne à travers les nouvelles technologies de l’information et de la communication». Après avoir été sollicité du manque d’équipements biométriques au niveau des annexes administratives, le ministre a rassuré qu’une délégation ministérielle se rendra, la semaine prochaine, au niveau de ces annexes pour mettre en place tous les équipements biométriques adéquats pour assurer un meilleur accueil des citoyens.
« Cette carte biométrique nous permettra d’aller vers une administration électronique par excellence ». Ainsi, il a instruit le personnel exerçant au niveau de cette APC de diminuer les documents administratifs non seulement pour le bien-être du citoyen, mais aussi pour alléger les dépenses des localités qui a dépassé 2 milliards de DA l’année précédente.
En termes de chiffres, 1 747 cartes nationales d’identité biométriques ont été délivrées par l’APC de Tizi Ouzou du 10 novembre dernier à ce jour, soit 130 cartes par jour. Quant aux statistiques nationales, le ministre a fait savoir que 3 millions de cartes d’identité biométriques qui ont été délivrées, il reste 30 millions que nous délivrons au fur et à mesure ». A souligner que l’hôte de la capitale du Djurdjura s’est rendu au niveau de plusieurs projets inscrits à l’indicatif de la wilaya.
Le stade à 50 000 places couvertes de Boukhalfa, la pénétrante reliant la ville de Tizi Ouzou à l’autoroute Est-Ouest et le barrage de Souk N’Tella, où il a rassuré les autorités locales que les projets inscrits dans le cadre du programme du président de la République (2015-2019) et qui sont gelés seront concrétisés sur le terrain en 2017 et 2018.