La secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, s’est interrogée hier lors d’une rencontre à Alger sur la crédibilité de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), tout en justifiant sa participation aux élections législatives du 4 mai 2017.

«La volonté politique pour un scrutin transparent et régulier n’existe pas», a-t-elle dit.
«Les conditions également», a-t-elle enchaîné en citant en guise d’arguments que «la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE) n’est constituée que de 410 membres et que les moyens dont elle dispose sont dérisoires et en deçà de couvrir la totalité des bureaux et centres de vote ». Toutefois, la secrétaire générale du PT a fait part de sa décision de militer d’abord afin de mobiliser l’électorat à s’acquitter de son devoir électoral et, en second lieu, à voter pour les listes du PT.
« L’abstention ne sert en définitive que les partis actuellement majoritaires, à savoir le FLN et le RND », a-t-elle dit. Elle a martelé que « les élections à venir sont capitales et décisives ». Tout en appelant à faire barrage « au pouvoir de l’argent et aux hommes d’affaires qui se sont incrustés dans la vie politique et qui désirent avoir une mainmise sur le Parlement».
Hanoune a par ailleurs dénoncé, avec la même verve, «les forces de la régression qui agissent afin de perpétuer leur œuvre de bradage et de pillage des deniers publics ». Elle a fait usage, pour ce faire, de ses attaques légendaires contre l’«oligarchie» et de sa «défense de la classe ouvrière». Cependant, l’ancienne candidate à l’élection présidentielle a pris soin de témoigner que ce n’est pas tout le Gouvernement Sellal qui est mis en cause. Il y a des ministres qui résistent, a-t-elle dit, disant plus particulièrement du bien sur le défunt Bakhti Bélaïb et Abdelmadjid Tebboune. Ces mêmes ministres qui font partie d’un gouvernement qui pratique, a-t-elle lancé, une politique asociale, non nationale et impopulaire». «Le scrutin à venir, a-t-elle fait observer, est une bataille pour la recomposition politique et sociale. C’est un pari difficile à tenir et le spectre d’une abstention-sanction plane sur les législatives », a-t-elle également dit. Louisa Hanoune a réuni, hier au Village des artistes de Zéralda (Alger), les membres de la commission ouvrière du parti. Elle a instruit la commission de mettre en place une stratégie permettant au PT de glaner des voix et des postes de députation honorables. Il s’agit pour le PT d’une «œuvre portant sur la défense de la démocratie politique même si elle est précarisée et de la défense du multipartisme», a conclu Louisa Hanoune.