Par Feriel Nourine
La période de révision exceptionnelle des listes électorales pour les législatives du 12 juin s’est ouverte hier, selon un communiqué de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), annonçant cette échéance dans la soirée de lundi. La durée de cette opération est de huit jours, a précisé l’ANIE, avant d’appeler les citoyens et les citoyennes non-inscrits dans les listes électorales, en particulier ceux âgés de 18 ans le jour du scrutin, de «s’inscrire au niveau de la commission communale de révision des listes électorales dans la commune de leur résidence, placée sous l’autorité de l’ANIE».
La révision des listes électorale se fait également avec les électeurs déjà inscrits, mais qui ont changé de lieu de résidence. Ces derniers doivent, eux aussi, «se rapprocher de la commission de révision des listes électorales au niveau de leur nouvelle résidence pour leur réinscription», poursuit la même source, précisant que les concernés «doivent se munir d’une attestation de résidence et d’une pièce d’identité lors de leur inscription» dans leur nouveau lieu de résidence. L’inscription sur les listes électorales peut se faire sur la plateforme électronique de l’autorité HTTPS://services.ina.elections.dz/register, fait encore savoir l’ANIE.
Concernant les citoyens résidant à l’étranger, «ils doivent se rapprocher des commissions de révision des listes électorales au niveau des représentations diplomatiques ou consulaires pour leur inscription conformément aux mêmes modalités».
La révision des listes électorale est la première étape du processus électoral après la signature, jeudi dernier, par Abdelmadjid Tebboune du décret présidentiel portant convocation du corps électoral pour le 12 juin 2021 pour l’élection des nouveaux membres de l’Assemblée populaire nationale (APN).
Avant le référendum sur la révision constitutionnelle du 1er novembre 2020, le corps électoral comptait 24 111 081 inscrits, avait indiqué le président de l’ANIE, Mohamed Charfi, en septembre. Entre 500 000 et 600 000 nouveaux inscrits étaient attendus de la révision des listes en prévision de ce référendum, avait estimé le même responsable, sans pour autant confirmer ultérieurement ses prévisions, et les chiffres récoltés par ce vote auront été ceux d’une abstention populaire sans précédent qui est venu sanctionner l’événement.
Dans le cas des élections législatives de juin prochain, la révision des listes électorales ne s’effectue pas dans les meilleures conditions pour l’ANIE. Bien au contraire, elle a lieu dans une conjoncture marquée par le retour en force du Hirak et, entre autres, de slogans plutôt hostiles à la tenue de ce vote, alors que de nombreux partis connus pour avoir été longtemps des porte-étendards de l’ancien système n’ont pas tardé à afficher leur participation à la course vers les sièges de l’Assemblée populaire nationale.