C’est ce qui ressort des déclarations du chef de l’Etat en Conseil des ministres, dimanche 21 mars, en ce qui concerne l’organisation du vote législatif anticipé de juin prochain, un rendez-vous auquel il croit fermement et pour lequel il appelle le gouvernement à la mise en place d’un dispositif de campagne offensif et susceptible de séduire les jeunes. Avec la fin aujourd’hui de la révision des listes électorales, c’est désormais le pari lancé par le président Tebboune dans un paysage politique aux contours encore flous et en attente de décantation qui ne devrait pas tarder.

PAR NAZIM B
Le choix de miser sur une forte participation des jeunes aux prochaines élections législatives anticipées du 12 juin prochain a été en effet une nouvelle fois réitéré par le président de la République. Evoquant ce rendez-vous électoral à l’occasion de la réunion du conseil des ministres qu’il a présidé dimanche, M. Tebboune a instruit le gouvernement Djerad à l’effet de prendre les dispositions nécessaires pour appuyer et encourager «la participation des jeunes aux élections législatives du 12 juin prochain, pour concrétiser des élections démocratiques qui traduisent le véritable changement».
Il a ordonné, dans ce sens, les autorités d’assurer la gratuité des salles, des affiches publicitaires et de leur impression au profit des jeunes candidats et de charger les services des walis de créer un mécanisme administrativement adéquat.
Abondant dans le même sens, le conseiller du président de la République chargé du mouvement associatif et de la communauté nationale à l’étranger, Nazih Berramdane, a indiqué que «les jeunes sont face à une véritable aubaine pour contribuer à la stabilité du pays en marquant une présence effective dans les prochaines assemblées élues».
Intervenant dimanche à Bordj Bou Arréridj, il a souligné que «les prochaines élections offrent une grande opportunité aux jeunes Algériens qui s’abstenaient lors des rendez-vous électoraux pour faire entendre leur voix à l’avenir en tant que députés au Parlement ou présidents d’APC grâce aux garanties avancées par le Président de la République et consacrées dans la nouvelle Constitution visant le renforcement du front interne». M. Berramdane a souligné, par la même occasion, qu’il «sera procédé à la création du Conseil supérieur de la jeunesse, représenté par les jeunes de chaque wilaya et qui sera un véritable espace de débats sur les questions et l’avenir des jeunes, et l’Observatoire national de la société civile, un organe consultatif composé de compétences de la société civile visant la promotion et la qualification de la société civile tout en prenant compte de la communauté algérienne à l’étranger qui joue un rôle axial à travers ses acteurs».
Par ailleurs, la révision exceptionnelle des listes électorales en prévision des élections législatives du 12 juin prochain prend fin aujourd’hui (mardi), une opération qui a duré huit jours et dont l’objectif était de mettre à jour le fichier électoral. Lors du référendum populaire sur la révision de la Constitution du 1er novembre 2020, le corps électoral s’élevait à 24.475.310 électeurs et électrices, dont 23.568.012 résidant en Algérie et 907.298 à l’étranger, selon les chiffres communiqués par l’ANIE. Le président de l’ANIE, Mohamed Charfi, a fait état, avant-hier, du retrait de près de 700 formulaires de candidature par les partis politiques et 300 autres formulaires par les candidats indépendants en prévision du scrutin de juin prochain.
«Quelque 680 dossiers de candidature ont été retirés par les partis politiques et 300 autres par les candidats indépendants», a fait savoir M. Charfi dans une déclaration à la presse en marge de l’installation des membres de l’ANIE, soulignant que cette «participation et compétition» pour les sièges parlementaires «devra imposer une certaine transparence».