PAR NAZIM BRAHIMI
L’opération de dépôt des dossiers de candidature pour les législatives du 12 juin prochain prend fin aujourd’hui, marquant ainsi la fin de l’une des étapes du processus régi par les dispositions de la loi organique relative au régime électoral. Cette étape sera suivie par celle de la validation des dossiers par l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE).
En attendant de voir la moyenne des dossiers reçus, les formations politiques en lice savent d’ores et déjà que l’opération portant collecte des signatures de parrainage n’a pas été une mince affaire.
Certains partis, et surtout des postulants sur listes indépendantes, ont souffert pour récolter les signatures nécessaires depuis l’entame de l’opération le 11 mars dernier.
A la difficulté de convaincre les citoyens de parapher un formulaire de candidature se sont greffés des couacs administratifs et un déficit en communication dont se sont plaints des partis qui se sont lancés dans la bataille électorale. Cependant, le candidat qui s’est vu rejeter le dossier de candidature peut introduire un recours à partir de vendredi 23 avril jusqu’à lundi 14 mai 2021, a expliqué l’ANIE. Elle relève qu’en cas de rejet de candidature au titre d’une liste, de nouvelles candidatures peuvent être formulées dans un délai n’excédant pas les 25 jours précédant la date du scrutin, soit le 18 mai 2021, et ce, en application des dispositions de l’article 207 de la loi organique. Par ailleurs, il fait point de doute que de nombreux prétendants ont dû abandonner la partie devant l’impossibilité pour eux de réussir la collecte de 25 000 signatures à travers au moins 23 wilayas.
«Les listes des candidats présentées au titre d’un parti politique doivent être appuyées par, au moins, 25 000 signatures individuelles d’électeurs inscrits sur les listes électorales», avait rappelé l’ANIE, qui précise que ces signatures doivent être recueillies à travers au moins 23 wilayas dont le nombre de signatures exigées pour chacune ne saurait être inférieur à 300 signatures».
En ce qui concerne l’engouement des organisations partisanes et d’autres acteurs engagés dans le jeu électoral, Mohamed Charfi avait fait état récemment de 1 755 listes de partis politiques agréés et 2 898 listes d’indépendants désirant se porter candidat aux élections législatives du 12 juin 2021, soit un total de 4 653 listes. Dans le détail, l’ANIE avait remis 7 655 809 formulaires de souscription de signatures individuelles pour les postulants. Pour les 58 wilayas, 1 739 listes de partis et 2 873 listes d’indépendants désirent se porter candidat, avec un total de 4 612 listes, tandis que 7 635 309 formulaires de souscription de signatures individuelles ont été remis, a-t-il souligné.
Au niveau des circonscriptions électorales à l’étranger, «16 listes de partis et 25 listes d’indépendants ont fait part de leur volonté de se porter candidat, avec un total de 41 listes, tandis que 20 500 formulaires de souscription de signatures individuelles ont été remis, selon le même responsable.
En matière d’encadrement, l’ANIE a fait état de la mobilisation de 357 délégués à travers les 58 wilayas, en vue de mener à bien l’opération de scrutin, le troisième qu’elle encadre après la dernière présidentielle de décembre 2019 et le référendum de novembre dernier sur la révision constitutionnelle. Le nombre définitif du corps électoral définitif après examen des recours introduits s’élève à 23 587 815 électeurs au niveau de 58 wilayas, tandis que le nombre d’électeurs pour la communauté algérienne établie à l’étranger s’élève à 902 365 électeurs.
Le président de l’ANIE a fait état d’un total de 212 797 nouveaux inscrits, après le traitement des recours et de 111 961 radiés, portant ainsi le corps électoral sur le territoire national à 23 587 815 électeurs. <