La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT) Louisa Hanoune appelle à une participation massive aux prochaines élections législatives. Intervenant, hier à l’ouverture d’une réunion du bureau politique de son parti organisée à Belfort à El Harrach, elle appelle «à une participation massive aux prochaines échéances pour relever les défis que connaît le pays dans différents domaines et unifier les forces démocratiques véritables » , a-t-elle expliqué devant les membres du bureau politique. La secrétaire générale du PT n’a pas manqué à cette occasion de souligner la nécessité pour l’administration de « faire preuve d’impartialité et de respecter la volonté du peuple », insistant sur l’importance de « consacrer les véritables principes de démocratie en organisant des élections législatives intègres et transparentes ». C’est qu’à ses yeux, « ces élections sont décisives pour l’avenir du pays car elles permettront de réaliser le développement et la prospérité et de préserver le pouvoir d’achat du citoyen ». « La participation aux élections législatives dépasse de loin la question des élections. Dans le contexte mondial et régional actuel, le scrutin devient un rendez-vous avec le destin», a-t-elle soutenu. La secrétaire générale du PT a précisé que la participation de son parti à cette échéance « n’a pas pour seul objectif l’obtention de sièges au Parlement, mais constitue également un moyen de défendre les acquis des travailleurs et des jeunes, les libertés syndicales et l’avenir du pays ». A ce propos, la conférencière soutiendra qu’«un véritable parti politique se positionne en fonction des intérêts du pays et, au PT, nous considérons que ces élections législatives seront charnières ». Et pour cause « elles ne ressemblent à aucune autre élection depuis l’Indépendance ». « La décision de participer a été déterminée par les enjeux du moment », a-t-elle justifié. Avant de lancer sur un ton grave : «Il y a un processus extrêmement dangereux qui menace le pays d’une somalisation certaine. » Et d’expliquer : « Nous sommes arrivés à la conclusion que le maintien du système en place, c’est la mort programmée du pays, car il est périmé et n’est porteur que de violence, de décomposition, de pollution politique et de corruption à grande échelle qu’il a érigée en système. » Elle a ajouté dans ce cadre que « notre présence au Parlement nous permet de soulever les attentes de la majorité du peuple algérien et de trouver les solutions efficaces aux problèmes socio-économiques et politiques actuels ». Mme Hanoune a insisté sur la nécessité de « préserver la sécurité, la paix, la stabilité et la souveraineté nationale et relever tous les défis auxquels est confrontée l’Algérie dans un contexte régional et international difficile ». Dans ce cadre, elle fera observer qu’« en réalité, notre pays se trouve dans un environnement chargé de menaces terroristes et de convoitises étrangères, alors que l’installation de bases militaires américaines et européennes se multiplie ». A ses yeux, il est question « d’une crise sans précédent. Aucun pays ne peut prétendre être épargné sauf celui qui a une immunité sociale, qui passe avant l’immunité politique ». Dans ce cadre, elle précisera qu’« un régime totalitaire, peut durer longtemps s’il s’assure une immunité sociale, toutefois, si sur le plan social il y a une descente aux enfers, comme c’est le cas aujourd’hui, le pays perd l’immunité », a-t-elle encore soutenu.