Maintes fois annoncé depuis plusieurs mois, le président de la République a procédé, hier, à un mini-remaniement qui a touché quatre départements ministériels, la Jeunesse et les Sports, le Commerce, le Tourisme et l’Artisanat ainsi que celui des Relations avec le Parlement.

Un lifting ministériel touchant des secteurs appelés probablement à davantage de dynamique. Ainsi, Saïd Djellab est nommé ministre du Commerce en remplacement de Mohamed Benmeradi. Ce dernier semble avoir été victime d’une conjoncture économique difficile avec, notamment l’épineuse question des restrictions des importations, voire de la gestion approximative du secteur de l’automobile. Saïd Djellab, qui occupait jusque-là le poste important de directeur général du commerce extérieur au ministère du Commerce, et ce, depuis plusieurs années, aura fort à faire à la tête d’un département qu’il connaît bien et qui est important dans la nouvelle politique économique de l’Etat. Mohamed Hattab, le désormais ex-wali de Béjaïa, remplace El-Hadi Ould Ali au ministère de la Jeunesse et des Sports. El Hadi Ould Ali semble payer une gestion approximative d’un secteur sensible, notamment dans sa gestion du football et de la crise avec le président du COA Mustapha Berraf. Son successeur, dont on dit qu’il est un passionné de sport, héritera d’une situation complexe, notamment avec les instances sportives affiliées aux organisations internationales. Il aura à mettre de l’ordre dans un secteur fortement perturbé. Le nouveau ministre de la Jeunesse et des Sports a été chef des daïras de Gouraya et d’El-Harrach, entre 1991 et 1995, et Azzaba en 1997, puis secrétaire général de la wilaya de Sétif, en 1999 et wali délégué d’El Harrach, en 2005. Avant d’occuper de nouveau le poste de secrétaire général de la wilaya d’Alger, en 2010, puis wali de Sidi Bel Abbès en 2013. En 2016, il est nommé à la tête de la wilaya de Béjaïa. Abdelkader Benmessaoud est désigné ministre du Tourisme et de l’Artisanat, en remplacement de Hassen Marmouri. Licencié en sciences politiques et relations internationales, en 1991, Benmessaoud Abdelkader, originaire de Tamanrasset, était wali de Tissemsilt. Il a occupé le poste d’attaché de cabinet auprès de la chefferie du gouvernement en 1993 et celui de secrétaire général de la wilaya de Saïda en 2010. Son désormais prédécesseur s’est illustré par une apathie qui a étonné pour un secteur considéré comme stratégique par le gouvernement. On enregistre aussi le retour au gouvernement de Mahdjoub Bedda, ancien ministre de l’Industrie, comme ministre des Relations avec le Parlement en remplacement de Tahar Khaoua. Ainsi ce remaniement ne touche que certains secteurs, alors que l’on disait d’autres ministres sur la sellette pour cause de difficultés de gestion de leurs secteurs respectifs, à l’image de l’Education et de la Santé. Enfin, Ahmed Ouyahia annoncé plusieurs fois comme partant, notamment avec le «cafouillage» au niveau des secteurs directement concernés par la crise financière et économique, garde son poste de Premier ministre, démentant de fait les rumeurs sur son départ imminent. Le président de la République conforte de la sorte son Premier ministre.