C’est parti pour deux autres semaines. Le confinement est de nouveau prolongé jusqu’au 13 juin prochain. Le temps de préparer une période qui devrait s’installer sous le sceau de la prudence. Le coronavirus n’a pas été vaincu et la tendance mondiale semble désormais de faire avec et d’apprendre à vivre sous sa menace. Il est vrai que les indices sanitaire et social ne sont pas pour encourager un retour rapide à la normale. Le non-respect strict du port du masque devenu pourtant obligatoire par la loi est une source d’inquiétude que les pouvoirs publics se doivent de prendre en considération. La célérité dans la mise en application dans l’espace public de cette mesure sanitaire extrêmement importante ne devrait pas souffrir d’approximation. Ni d’hésitation. La santé publique devrait être une ligne rouge devant laquelle aucune concession ne devrait être permise. C’est l’une des leçons à tirer de cette pandémie mondiale qui fera date. La disponibilité du masque pour le plus grand nombre devrait également être une préoccupation de premier ordre des pouvoir publics. Le déconfinement progressif, inéluctable prochainement, se doit d’être accompagné par des mesures particulièrement strictes pour minimiser les risques de contamination. Il ne s’agit pas de revenir au fonctionnement social d’avant. Il s’agit d’entamer de nouvelles règles de précaution pour pouvoir reprendre des activités vitales pour le fonctionnement du pays. Il y a actuellement un non-respect des horaires de confinement qui donne l’air que certains quartiers des grandes villes du pays ne sont guère concernés par les mesures nationales. Il faudrait bien que l’autorité impose ses règles, au nom de la loi. Le bilan de la pandémie de coronavirus à l’entame de cette énième phase montre que la situation épidémiologique est « stable ». En attendant de faire mieux en la matière. Il est aujourd’hui clair qu’un allègement du confinement dans les prochaines semaines ne serait possible qu’après un début de fléchissement du nombre de contamination quotidien. Mais aussi d’un respect plus grand des mesures sanitaires, à savoir les distanciations et le port du masque protecteur dans tout l’espace public.