Alors qu’il avait annoncé sa démission, et celle automatique de son Bureau Fédéral, 48 heures après la non-qualification de l’Algérien en Coupe du Monde 2022, Charaf-Eddine Amara avait fait du rétropédalage. Il avait expliqué qu’il restait en poste afin de gérer les affaires courantes de l’instance jusqu’à la tenue de l’Assemblée générale élective. Entretemps, il s’était chargé de «punir» Mouldi Aïssaoui et Amar Bahloul, qui voulaient le «trahir», en les écartant du BF qui ne compte plus que 3 membres aujourd’hui. D’ailleurs, Bahloul a présenté hier sa candidature pour la présidence de la structure. Et, selon des informations, Amara a vidé son bureau à Dely Brahim hier. Les choses risquent d’aller très vite dans les jours à venir.

Par Mohamed Touileb
La succession des démissions des membres du BF a fini par avoir raison de lui. Charaf-Eddine Amara a été mis devant le fait accompli. Un Bureau composé de 4 membres ne peut plus statuer ni prendre aucune décision. Dès lors, le poste de président devient dénué de pouvoir.
Atmosphère parasitée
Bien qu’il ait semblé un temps maîtriser l’insurrection, la gangrène était déjà là. Même en dehors de l’organigramme, les détracteurs ont pu nuire au PDG de Madar Holding avec ces départs successifs des différents membres. Il ne suffisait pas de nettoyer le jardin des mauvaises herbes tant l’atmosphère était déjà parasitée.
En tout cas, la FAF sera pilotée par un nouvel homme en juillet prochain. La lutte pour le fauteuil du boss s’annonce déjà tendue. Surtout quand on sait qu’Amar Bahloul sera parmi les postulants. En tout cas, c’est ce qu’il a annoncé hier depuis Annaba dont il est le président de la Ligue régionale de football.
C’est pour dire qu’Amara n’a finalement éloigné Bahloul que pour un temps. Comme pour les dernières élections, ce dernier fera partie de la danse. On ne sait pas si c’est une manœuvre pour s’assurer une présence au sein du BF comme il l’a souvent fait en décidant de faire alliance avec l’«élu» quand il sent qu’il n’a pas de chances de passer ou c’est une intention réelle de chapeauter le football Dz.

La suspension de Bahloul et Aïssaoui annulée ?
Pour rappel, Bahloul et Aïssaoui ont été suspendus, par Amara, «à titre conservatoire» et ce pour «non-respect de l’obligation statutaire de réserve». Le duo avait décidé de saisir le Tribunal d’Alger de sport (TAS) justifiant une mesure «anti-réglementaire» décidée par un président qui ne devait plus être en poste.
Lundi dernier, la structure juridictionnelle a informé Aïssaoui et Bahloul, ainsi que l’instance fédérale qu’une audience est programmée pour ce lundi 23 mai soit aujourd’hui. Étant donné qu’Amara a compris que sa mission était définitivement terminée, cette sanction deviendrait caduque. Le successeur de Kheireddine Zetchi n’aura tenu que onze mois aux manettes de la FAF. Il a été confronté à une ambiance hostile en interne où tous les intérêts sont considérés. Sauf ceux qui servent notre football. Le mal est profond avec un clanisme omniprésent.