Il était la plus grande chance de médaille de l’Algérie pour les Jeux Olympiques 2020 à Tokyo. En sa qualité de médaillé d’argent sur 800m et 1500m aux JO-2016 de Rio de Janeiro (Brésil), Taoufik Makhloufi avait un statut et une réputation à défendre. Mais il ne pourra pas le faire puisqu’il ne sera pas de la partie dans les épreuves d’athlétisme. Le demi-fondiste a été contraint de déclarer forfait en raison d’une forme athlétique qui ne lui permettait pas de mettre toutes les chances de son côté pour accrocher un podium.

Par Mohamed Touileb
Il a essayé de repousser sa décision jusqu’à la dernière minute dans l’espoir de voir les voyants virer au vert. Mais Taoufik Makhloufi a dû se rendre à l’évidence et le fait qu’il n’ait pas la forme athlétique requise pour assurer une participation qualitative aux joutes nipponnes. Des Olympiades qui pouvaient être les dernières de sa carrière à 33 ans passés. Il faut rappeler que lors des deux précédentes éditions des Olympiades, le demi-fondiste aura toujours répondu présent en allant chercher l’or du 1500m à Londres en 2012 puis l’argent sur 800m et 1500m à Rio de Janeiro en 2016. Ces décorations ont notamment permis au natif de Souk Ahras de sauver l’honneur du sport algérien lors de l’évènement planétaire. Ses compatriotes, qui ont pris part aux séquences en Grande Bretagne et au Brésil, n’avaient rien pu ramener.
Genou récalcitrant, forfait frustrant
Pour la date japonaise, l’Algérie devra essayer de tenir son rang sans le vice-champion du monde du 1500m à Doha (Qatar) en 2019 puisqu’il ne pourra pas participer aux épreuves d’athlétisme. Il aura pesé le pour et le contre pendant des mois car le doute planait sur sa présence ces derniers mois. C’est pour dire qu’il aura tout fait pour essayer de peaufiner l’aspect athlétique. En vain. Makhloufi a donc décidé de renoncer à la date nipponne avec beaucoup d’amertume.
« J’ai longtemps essayé de repousser l’échéance pour prendre une décision finale. Malheureusement, je ne pourrai pas embarquer avec mes compatriotes qualifiés, auxquels je souhaite la réussite, vers le Japon ce 26 juillet 2021. Je me retrouve contraint d’écouter mon corps et ce genou récalcitrant qui a longtemps perturbé ma préparation tout comme la Covid-19 que j’ai contractée l’année passée »,a indiqué la star de l’athlé Dz dans un communiqué.

Les JM-2022 et les Mondiaux 2022 en ligne de mire
Par ailleurs, il ajoutera avoir « tant aimé suivre mon cœur qui m’incite à courir avec la chasuble de l’Algérie, courir pour vous et essayer d’aller accrocher une nouvelle médaille pour mon peuple. Mais j’ai préféré ne pas vous donner de faux espoirs parce que mon amour pour vous et l’Algérie est vrai et sincère. Il n’est pas évident d’être à la hauteur quand la forme athlétique ne suit pas. J’ai passé plusieurs tests. Ils n’étaient pas concluants. Ne pas être dans les temps habituels à l’entraînement est frustrant pour un coureur. Mais ma frustration aurait été plus grande si j’avais couru pour revenir les mains vides du Japon.»
Passée la trentaie, le champion d’Afrique du 800m en 2012 à Porto Novo (Bénin) se fixe de nouveaux objectifs pour l’avenir et promet « d’essayer de revenir plus fort pour les rendez-vous qui se profilent.
Il y aura les Jeux Méditerranéens 2022, chez nous, à Oran qui me tiennent à cœur ainsi que les Mondiaux 2022 aux Etats-Unis. » Malgré ce contretemps, Makhloufi ne se décourage pas et aspire à revenir sur les devants de la scène avant de raccrocher. Pour cela, il faudra beaucoup de travail et d’abnégation. En effet, le corps qui lui a permis de faire dessiner un monde entre lui et ses poursuivants à Londres, n’est plus le même. n