Du péril, il y en a eu durant cet exercice 2017-2018 pour l’USM Bel-Abbès. Longtemps mal en point en Ligue 1 Mobilis et pas loin de la zone rouge, les Bel-Abbessiens ont réussi à se sublimer en Coupe d’Algérie pour décrocher le graal, mardi en finale, face à la JS Kabylie en s’imposant sur le score de 2 buts à 1.

C’est le deuxième trophée dans l’histoire du team de la « Mekerra ». Une consécration qui récompense la solidarité d’un groupe qui a su ne pas courber l’échine quand tout était contre lui. Retour sur ce beau et valeureux sacre d’un team qui a longtemps cru en son heure de gloire.
Lors de la saison écoulée, les « Scorpions » avaient terminé juste au pied du podium en championnat avec le goût d’inachevé. Comme lors de l’opus 2015-2016 où ils avaient quitté « Dame Coupe » avec une grande amertume éliminés sur un fait de jeu contre le NA Hussein-Dey en demi-finale. Cette année, l’USMBA a -enfin- pris sa revanche sur le sort en forçant son destin dans l’épreuve populaire pour célébrer enfin un triomphe aussi mérité qu’inattendu.
Les mots de l’entraîneur Chérif El-Ouazzani cachent la souffrance d’un groupe auquel la chance n’a pas toujours souri. « Qui aurait cru en début de saison que nous allions remporter cette Coupe d’Algérie ? Nous avons souffert, surtout après la défalcation des 6 points en début de saison. Mais avec le travail et le sérieux, on a réussi à rendre heureuse la population de Bel-Abbès », a-t-il déclaré au sortir de cette ultime explication face aux « Canaris ».
Ces six points défalqués au club ont énormément handicapé les coéquipiers de Belahouel, double buteur lors de la finale, dans leurs parcours dans le challenge national. Heureusement qu’il y a eu cette victoire clé le week-end dernier face au MC Alger au stade Omar Hamadi (Bologhine). Un succès (1/2) qui les a mis considérablement à l’abri pour envisager de rester parmi l’élite. Sans ses 6 unités de défalquées, le nouveau détenteur de la Coupe d’Algérie se serait même retrouvé à jouer le podium qui aurait été à 4 longueurs seulement. Virtuellement.

Le talent et l’abnégation ont prévalu
Pris à la gorge par la crise financière, la formation phare de Bel-Abbès y a fait abstraction. Dans ses rangs, la franchise compte des joueurs très talentueux. On citera les Bouguelmouna, Bounoua, Tabti, Zouari (double-passeur) et Belahouel. Il y aussi des éléments expérimentés, à l’image du capitaine et défenseur Farès Benabderrahmane, qui avait perdu deux finales de coupe avec la JS Kabylie et l’USM El-Harrach, ainsi que le portier Toual.
Le premier nommé a pris sa revanche et fini par charmer l’Auguste Dame. « Après deux finales perdues, je goûte enfin aux joies du sacre. Je pense que nous méritons amplement la victoire d’aujourd’hui. Surtout avec la prestation que nous avons fournie. Nous avons beaucoup souffert durant toute la saison. Notamment avec les problèmes que nous avons rencontrés, surtout en championnat. Je pense que le parcours que nous avons réalisé est méritant pour nous. Je voudrais dédier cette victoire à tous les supporters de l’USMBA, et aussi aux habitants de Sidi Aïssa, ma femme et mes enfants », a savouré le longiligne arrière-central.
Le mot « souffrance » est souvent revenu dans les propos post-finale chez les « Vert et Rouge » qui ont succédé au CR Belouizdad au palmarès. C’est pour montrer que Lamara & cie (9es, 35 points) ont beaucoup enduré pour en arriver là. Ce qui donne plus de saveur à ce succès dans une compétition aussi prestigieuse. Reste maintenant à acter définitivement le maintien. Pour cela, il faudra que l’US Biskra, qui ouvre la lanterne rouge (27 points), fasse match nul ou perde demain face au DRB Tadjenanet. Sinon, il faudra juste ne pas s’incliner face aux Biskris que les poulains de Cherif El-Ouazzani recevront lors de la 29e journée. Ça sent bon pour les scorpions !